Forum sur les jeux de rôles
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Frenchtouch03
Visiteur
Visiteur


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 19
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Dim 14 Aoû - 22:12

Le Vieil Oiseau hoche la tête devant l'attention que lui témoigne la fermière, même si son visage n'est plus très expressif. Sa face maigre et dérangeante se tourne vers elle quand elle pose sa question :

- La tablette. Le Temps me l'a prise... Si l'Histoire n'est pas complète, ma malédiction perdurera... Et elle attend, lovée autour de la pierre gravée, feulant dans les éons. Au temple...

Bien qu'il semble relativement loquace comparé à son habitude, l'Aarakocra utilise des tournures de phrases pour le moins étrange... Mais Tancrède se dit qu'il en avait assez entendu pour l'occasion. Maintenant qu'il s'était résolu à aider le Vénérable, il comptait sur ses propres aptitudes pour la reconnaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 5118
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Dim 14 Aoû - 23:05

Mériale sourit, oubliant que le vénérable ne peut la voir. Elle acquiesce et le rassure.

- Nous allons faire de notre mieux, vénérable, pour vous ramenez votre tablette. Puisse Tymora nous sourire dans notre entreprise et Torm nous protéger.

Elle glisse un regard vers Tancrède et lui fait un clin d’œil.

- A bientôt, puisse les dieux veille sur vous, vénérable.

La fermière quitte la pièce avec le rôdeur et retrouve l'air frais de la nuit avec plaisir. Elle lève le visage vers la lune et ferme les yeux une seconde avant de les rouvrir.

- Nous voilà engagés dans une quête...

L'idée effraie Mériale autant qu'elle excite son côté courageux. Une quête... Philianir lui avait si souvent fait le récit de quêtes qu'il avait mené avec ses compagnons. Cela l'avait fait rêver à l'époque mais maintenant qu'elle-même y est confronté, le danger qui y est lié lui apparait bien plus concrètement.

°° Pas de quête sans danger... °°

Inspirant une grande bouffée d'air, elle fixe le temple au loin avec détermination avant de parler.

- Allons-y, Tancrède, je vous suis !
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Visiteur
Visiteur


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 19
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Dim 28 Aoû - 21:49


Le Vieil Oiseau hoche la tête devant l'attention que lui témoigne la fermière, même si son visage n'est plus très expressif. Sa face maigre et dérangeante se tourne vers elle quand elle pose sa question :

- La tablette. Le Temps me l'a prise... Si l'Histoire n'est pas complète, ma malédiction perdurera... Et elle attend, lovée autour de la pierre gravée, feulant dans les éons. Au temple...

Bien qu'il semble relativement loquace comparé à son habitude, l'Aarakocra utilise des tournures de phrases pour le moins étrange... Mais Tancrède se dit qu'il en avait assez entendu pour l'occasion. Maintenant qu'il s'était résolu à aider le Vénérable, il comptait sur ses propres aptitudes pour la reconnaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 5118
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Lun 29 Aoû - 0:22

Suivant le pas assuré de Tancrède, Mériale quitte, avec lui, la tour du vénérable pour se retrouver sous la clarté de Séluné et des étoiles. L'air frais lui caresse les joues et l'aide à réfléchir. Elle interroge le rôdeur.

- "Elle attend, lovée autour de la pierre gravée, feulant dans les éons."... Le vénérable parlait-il de façon symbolique ou s'agit-il réellement de quelque chose qui s'enroule autour de la pierre et qui peut feuler ? Qu'en pensez-vous ?

La rouquine se passe la main dans les cheveux, rabattant sa crinière flamboyante en arrière pour dégager son front. Le vent léger la fait un peu frissonner et chasse les volutes de fatigue qui commençaient à s'insinuer dans ses muscles. Sans attendre la réponse du nordique, la fermière l'invite d'un geste du bras à avancer dans les ruines de la cité. Elle suit le rôdeur, gardant toute son attention braquée sur les bruits et les mouvements qu'elle peut percevoir. Les zones de ténèbres à chaque coin de pierre peuvent cacher un danger et Mériale se tient sur la défensive, la main proche du fourreau de sa lame, au cas où. Son pas devient, au fur et à mesure de la progression, plus sûr et elle sent son cœur battre plus vite, grisée par ce qu'elle est en train de vivre.

Elle pense à sa ferme et à la vie quotidienne qu'elle mène en temps normal et sourit intérieurement. Qui aurait pu prédire que sa vie changerait ainsi avec la maladie dramatique de sa fille ? Aujourd'hui, plus que jamais, elle aime ces nouvelles sensations et apprécie de plus en plus la compagnie de Tancrède. Elle regarde le dos du rôdeur qui marche prudemment et s'imagine vivre d'autres aventures à son côté. Après tout, ses filles sont grandes maintenant, capables de se débrouiller seules et de s'occuper de la ferme. Elles ne manqueraient de rien durant ses absences, le produit de la ferme leur permettant de vivre toutes les trois.

°° Il y a tant de choses à faire dans ce monde. Tant de quêtes à mener pour aider les autres. Je me sentirais comblée de pouvoir secourir ceux qui en ont besoin. Tancrède semble désireux de faire de même. Nous formerions une bonne équipe tous les deux. Je lui en parlerais lorsque nous aurons terminés notre quête actuelle. °°

Un sourire vient ourler les lèvres de Mériale car elle n'a pas pensé "si nous réussissons cette quête" mais "lorsque nous aurons terminés cette quête". Pourtant, elle a des doutes et des craintes mais elle est prête à les surpasser pour une juste cause. Elle avance donc, des doutes plein l'esprit mais le cœur décidé.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Visiteur
Visiteur


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 19
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Sam 3 Sep - 1:00

Suivant Mériale, puis la précédant quand il fallu progresser dans la ville obscure, Tancrède prit un long moment pour méditer la question, puis donna son avis :

- Je pense que ce que dit l’Homme-Oiseau doit être prit dans un sens allégorique… Son étude des langues postérieures à son empire, en plus de s’étaler sur plusieurs milliers d’années, n’a dû être, au mieux, que partielle. S’il souhaitait nous transmettre, de sa langue à la sienne, un concept concret, son manque de pratique devrait nous pousser à prendre cela avec du recul, ce qui nous ramène instinctivement à l’allégorie. Mais quelle drôle de phrase, tout de même… « lovée », « les éons »… Etrange… Halte ! Nous voilà au temple.

Il leva la main et s’accroupit encore plus, si cela était possible. En face d’eux, en effet, le bâtiment curieusement intact se dressait, de toute sa ronde splendeur.

- D’après le Vénérable, c’est ici que son peuple s’est réfugié lors de la catastrophe qui a détruit son empire… Il est mort en le maudissant, et nous ne sommes pas inclus dans la malédiction, certes… Mais un lieu hôte de trop macabres évènements n’est jamais accueillant pour les vivants, il nous l’a dit : « Les souvenirs et les peurs, ici, ont la vie plus dure que celle des vivants… ». Préparons-nous au pire. J’ai déjà affronté un mort qui marche, à la Porte de Baldur…

Il fit signe à sa compagne d’aventure de le suivre : il avait remarqué l’itinéraire le plus discret pour atteindre la porte du temple, ouverte depuis des milliers d’années, invitant les visiteurs imprudents à se confronter… à quoi, au juste ? L’intérieur consistait à un long hall d’une centaine de mètres bordé de piliers, menant à un autel dont la raison d’être avait été oubliée depuis longtemps ; aujourd’hui, il ne semblait avoir d’autre objectif que de soutenir la petite tablette de pierre qui scintillait sous la lumière lunaire descendant de la coupole. Celle-ci, en matière inconnue, baignait l’endroit dans une lueur bleu froid…
Faisant de temps à autre une pose pour observer les environs, Tancrède poursuivit :[i]

- … j’ignore qui avait bien pu le créer, mais il connaissait son affaire. Il m’a fallu taillader la chair morte comme un boucher pour le voir tomber, et même ainsi j’ai dû le finir à l’arme contondante…

[i]Pour mettre au courant de ce qui les attendait, le Nordique n’hésitait pas une seule seconde à utiliser les témoignages dont il avait connaissance. Même les plus sordides. Face au danger, il ne savait pas faire preuve de délicatesse parce que, jugeait-il, ce dernier n’en avait pas à votre égard. Il s’approcha de la porte du temple, faisant signe à Mériale que la voie était libre.


- … la seule arme contondante que j’avais sous la main.

Finit-il en serrant ses poings gantés.
Puis il secoua la tête. L’heure n’était pas aux souvenirs sordides, mais aux réjouissances ! Ce soir, il rentrait au pays, après une entrevue avec le Prêtre-Roi en personne ! Il embrassa le paysage alentour du regard : une belle lande battue par les vents à perte de vue… ou presque : la dernière bourgade avant la grande Ville Sacrée décorait élégamment le panorama. C’est vers cette dernière qu’il dirigea son cheval au triple galop, dévalant la pente à toute vitesse. Il y serait en peu de temps !

Mais au fur et à mesure de son approche, son allure ralenti. Où étaient les rires, les chants ? Sans compter sur son retour, le pays devait pourtant être en liesse pour fêter la victoire à la guerre ? Bientôt, il n’avança qu’au pas. Bientôt, il n’avançait plus du tout.

Le chant des oiseaux s’était tut. Plus aucun doute n’était possible : quelque chose s’était abattu sur la bourgade. Quelque chose de sinistre, qui avait laissé l’endroit, il le voyait maintenant, plongé dans une demi-obscurité malgré le soleil du matin. Il dégaina son épée longue ; il escomptait ne plus avoir à le faire, maintenant que la guerre était passée…
Donnant un léger coup d’étrier, il avança le long de la rue pavée principale, les sabots de son cheval claquant sinistrement dans le silence de l’endroit. À la première porte défoncée qu’il croisa, son sang se figea : ce signe gravé dessus…

L’Ennemi était là. Comment avait-il passé la ligne de front ? Des traîtres ? Malédiction ! Il avait été idiot de partir faire la guerre hors de ses frontières…
Quelque chose bougea dans l’ombre. Atroce, mais prévisible : un Ennemi. La créature, semblable à un homme mais désagréablement caricaturée, toute noire, semblant dégagé sa propre zone d’ombre tant et si bien que l’on ne pouvait jamais s’assurer de son aspect véritable, titubait vers lui.


- D’e l’hay’de.

Grogna-t-elle.[i]

-Voilà pour toi, monstre !

[i]D’un coup expert, Tancrède fit voler la tête de l’Ennemi. Puis, avec un rictus de mépris, il se détourna son destrier. Il pacifierait ce village tout seul, s’il le fallait. Trois autres maisons, trois autres ennemis. Cela allait être long et morbide…


- Au secours ! De l’aide !

Appela quelqu’un.
Aussitôt, Tancrède lança son cheval dans la direction du bruit, dévalant la rue principale. Un Ennemi menaçait une forme écroulée au sol.


- D’e l’hay’de.

Faisait la créature.

- Sa fô’the.

- En arrière !

Le monstre subit le même sort que ceux précédemment croisés. Dans un même mouvement, Tancrède sauta à bas de son cheval, son armure lourde crissant à chacun de ses mouvements, et aida l’autre à se relever. C’était une jeune femme belle comme la neige, aux cheveux noirs comme l’ébène.

- Je désespérais que quelqu’un vienne à mon secours.

Dit-elle.

- Et moi de trouver quelqu’un à secourir. Monter sur mon cheval, demoiselle. Nous allons sortir de là.

- Mais c’est impossible.

Fit l’autre en s’exécutant.

- L’Ombre est là, empêchant de retrouver son chemin.

Elle montrait le puits central de la bourgade, de fort belle taille, d’où s’échappait la maudite vapeur.

- Comment peut-on s’en délivrer, alors ?

Demanda Tancrède, prêt à tout.[i]

- C’est bien simple, chevalier.

[i]La jeune femme désigna la bourgade d’un ample geste du bras.


- Il faut tous les tuer. Tous, jusqu’au dernier. Et les jeter dans le puits.

Ainsi fut fait. Tancrède écuma la petite ville, débusquant chaque Ennemi jusqu’à ce qu’il n’en reste plus un seul. Leurs cadavres furent traînés jusqu’au puits, source du mal. La survivante acquiesça et Beormus entreprit de jeter les cadavres à l’intérieur.

Mais le dernier d’entre eux eut un soubresaut soudain alors que Tancrède s’apprêtait à le jeter dans sa dernière demeure. Ses deux mains griffues se plaquèrent de part et d’autre de la tête casquée du chevalier.


- D’e l’hay’de. D’e l’hay’de. Hau s’hekoûre.

Une dague surgit de nulle part et lui perça la gorge. Les affreux yeux de la créature se révulsèrent, et elle tomba d’elle-même dans le puits. Choqué et interrogateur, Tancrède vit la jeune femme essuyer sa dague avant de la cacher de nouveau dans les plis de son vêtement.

- Il était encore en vie.

Dit-elle comme pour s’excuser.

À cet instant même, un tonnerre de trompettes résonna dans la bourgade. Dans l’insupportable demi-obscurité, une source de lumière apparut enfin. Le Prêtre-Roi et son escorte, arrivant en grande pompe et toute arme dehors !


- Prêtre-Roi Torm !

Tancrède mit un genou à terre.

- Pourquoi l’obscurité est-elle encore ici, chevalier ?

Tonna son seigneur.

- Votre majesté, je ne comprends pas… Cette femme ici présente m’avait assurée savoir lever la malédiction. Cela devrait être déjà fait…

- Mais de quelle femme parlez-vous, chevalier ?

Tancrède releva la tête, perplexe. La survivante semblait s’être enfuie à l’arrivée du Prêtre-Roi.

- Je… ne sais, Votre Majesté. Elle a dû prendre peur…

-Je vais tourner ma première question autrement, chevalier : Pourquoi n’êtes-vous pas Lumineux ?

Beormus remarqua soudain qu’il était le seul chevalier présent à ne pas dissiper les ténèbres.

- Qu’y-a-t-il dans ce puits, chevalier ?

Continua Torm.

- Les cadavres de l’Ennemi, Votre Majesté.

- Voyons cela.

[i]Le cheval du Prêtre-Roi s’approcha de telle sorte que son cavalier puisse se pencher pour constater par soi-même du macabre contenu. Visiblement contrarié, il tira sur les rênes de sa monture et fit demi-tour. En pleine incompréhension, Tancrède se pencha pour regarder à son tour, tant que la lumière de son souverain permettait encore de voir au fond de ce puits.

Cela ne dura que quelques secondes. Mais il y vit des hommes et des femmes… Ses compatriotes. Mutilés. Entassés comme des bêtes, sans dignités dans la mort. Il ôta son casque, le visage décomposé, et dit précipitamment :


- Votre Majesté, je vous jure que je ne savais pas que…

- Comment pouviez-vous ! Êtes-vous un simple infidèle ? N’avez-vous pas reçu l’enseignement sacré ?

- Mais…

- Votre lumière ne devait-elle pas dissiper l’illusion ?

- Je…

- Je pose la question de nouveau, Beormus : pourquoi n’êtes-vous pas Lumineux ?

Cette fois, Tancrède garda le silence, conscient que l’on ne l’avait plus appelé « chevalier ».

- Peut-être vos années de guerre vous ont-elles aveuglées ? N’aviez-vous donc aucun indice pour vous mettre sur la voie ?

« D’e l’hay’de. D’e l’hay’de. Hau s’hekoûre. »… ces mots résonnaient dans l’esprit de Tancrède qui, soudain, compris. Terrifié, il se jeta aux pieds de son souverain.

- Pitié, Votre Majesté ! Pitié ! J’étais dans l’erreur !

- Tout comme eux. Quel sort leur as-tu réservé ?

Les yeux de Tancrède s’écarquillèrent comme s’ils allaient jaillirent de leur orbite. D’un coup de pied, le Prêtre-Roi le fit reculer… et déséquilibré, l’ancien chevalier tomba dans le puits, où il s’empêtra dans les cadavres de ses victimes…
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 5118
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Ven 9 Sep - 0:18

Prenant exemple sur le rôdeur, Mériale s'accroupit à son tour. Elle observe le temple Aarakocra avec circonspection. Voir l'édifice intact alors que les bâtiments aux alentours sont pratiquement tous en ruines ne l'inspire pas le moins du monde.

°° La magie qui émane du lieu doit être vraiment puissante pour que les murs soient en si parfait état de conservation... °°

Un frisson d'appréhension vient courir le long de son échine tandis qu'elle approche de la porte qui s'ouvre sur une obscurité inquiétante. Entendre Tancrède parler d'un mort-vivant qu'il a affronté à la Porte de Baldur ne l'aide pas du tout et lui amène à l'esprit des images plus angoissantes les unes que les autres.

De la porte ouverte, Mériale peut voir un hall bordé de colonnes dont le fond est occupé par un autel. Ce dernier sert de support à une tablette d'une matière qu'elle n'arrive pas à définir. La lumière lunaire baigne les lieux et accentue encore la sensation de malaise que ressent la fermière. Crispée, elle garde la main proche du fourreau de son arme, prête à s'en servir au cas où.

Tandis que le duo approche de la porte du temple, Tancrède continue son récit du combat qu'il a mené contre le mort-vivant
La rouquine l'écoute tout en restant vigilante à ce qui se passe autour d'eux, jetant également des coups d'oeil au sol et en l'air. Soudain, le rôdeur se tait, attirant le regard de la fermière sur lui. Son attitude vient de changer radicalement.

Il se met à secouer la tête, d'abord normalement puis lentement avant de s'immobiliser. Son regard devient vide tandis qu'il fixe un point droit devant lui. Son visage, inexpressif, laisse peu à peu voir une angoisse qui semble monter crescendo. Mériale s'alarme immédiatement de ce changement et regarde avec plus de vigilance encore tout ce qui l'entoure ainsi que l'intérieur du temple.
Elle hésite...Que faire ? Doit-elle le secouer pour le faire sortir de cette transe ? Ne risque t-elle pas d'aggraver les choses en le faisant ?

Alors qu'elle se pose ces questions, elle baisse les yeux vers le sol et hausse les sourcils, surprise. Sur le sol de pierre du temple, un sol de bois vient de se superposer de façon fantomatique. Elle relève peu à peu les yeux et voit le phénomène de superposition spectrale continuer. L'intérieur de sa ferme vient se combiner à la vue de l'intérieur du temple. L'image est atroce car elle dévoile les corps de ses trois filles, égorgées. Des orques sont en train de se rhabiller en riant, leurs lames dégoulinantes du sang des triplés. Ces monstres ont violentés les trois jeunes filles avant de les tuer.

Elle se tétanise et sent une vague de chagrin monter du plus profond de son être. Elle ferme les yeux et inspire un bon coup avant de balayer d'un revers de main mental ce sentiment de désespoir. Elle sait, elle sent que cette vision d'horreur n'est qu'une immonde illusion. A peine a t-elle penser cela que la vision se trouble avant de disparaitre. Un simple regard vers Tancrède lui montre qu'il n'a pas eu la même chance qu'elle. Il n'a pas résister à l'attaque psychique et en est encore prisonnier. Toujours incertaine du résultat que cela va donner, Mériale décide quand même de secouer le rôdeur pour tenter de le sortir de là. Elle pose la main sur son épaule et le secoue.


- Tancrède, écoute-moi ! Ce n'est qu'une illusion, tu comprends ? Une attaque psychique. Il faut résister !!

Elle reste sur ses gardes, prête à bondir si besoin, consciente que le rôdeur pourrait avoir des réactions violentes.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Visiteur
Visiteur


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 19
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Ven 23 Sep - 0:22


Grâce à un effort de volonté inouïe, Mériale était parvenu à se libérer de l’emprise de la malédiction qui hantait le temple Aaracokra. Mais Tancrède, lui, ne pouvait se défaire des miasmes magiques qui lui embrumaient l’esprit, et se débattait toujours intérieurement dans le puits rempli de cadavres, cherchant désespérément une sortie au milieu des corps qui l’étouffait ; autant de leur propre poids que par celui de la culpabilité.
Voulant l’aider, Ambrepierre s’était approchée du rôdeur et l’avait appelé, puis secouer, pour le ramener du monde des cauchemars. Mais ceci eut un effet relativement inattendu… Le chevalier Tancrède - qui n’était rien de plus qu’un rôdeur, maintenant, ayant perdu son titre - jaillit une nouvelle fois du tas de corps, qui, par leur nombre, étaient semblable à une mer agitée.


- Comment sortir de là ? C’est un cauchemar, ce n’est pas réel !

-Tancrède !

C’était la voix de Mériale, semblant l’appeler de loin, très loin. Levant la tête, Beormus remarque une trappe qu’il n’avait pas vu jusque-là, dans la paroi du puits en face de lui, mais trop haut pour qu’il puisse l’atteindre. Il filtrait de derrière ce panneau de bois une douce et chaude lumière… Reprenant courage, ou retrouvant une rage de vaincre qui lui était coutumière, Tancrède sortit son épée et taillada dans ces corps mouvants, bouscula ceux qui se jetaient devant ses jambes alors qu’il marchait, montant sur la tête de ceux qui, défigurés, s’offraient délibérément à sa vue…… Et alors que cette scène de cauchemar semblait de nouveau prête à l’engloutir, il atteint enfin la trappe, qu’il ouvrit d’un coup d’épaule, s’y engouffrant du même coup.
Le puits maudit disparu.

Il s’était écroulé de tout son long sur un parquet poisseux, dans un silence réconfortant. C’était la ferme Ambrepierre ! Ravi de s’être enfin réveillé de son cauchemar, Tancrède se remis sur pied. Mais… ? Poisseux ? Silence ? Non ! Il reposa un genoux à terre, gratta le sol et porta le doigt à sa bouche… Du sang ! Beaucoup trop de sang ! Reprenant son épée, il fonça droit devant lui, quittant un long couloir sombre pour arriver à une pièce éclairée à la bougie. Les meubles étaient brisés, les tables renversées, la porte menant au dehors pendait sur ses gonds, révélant un orage pluvieux… Et au fond de la pièce, prostrée, les filles de Mériale, couvertes de boues, les vêtements déchirés. Tancrède jeta un coup d’œil rapide à la saleté sur le sol ; des Orques, les traces ne mentaient pas. Quelle horreur ! S’approchant doucement, le rôdeur s’apprêtait à donner sa cape pour réchauffer les pauvres enfants.


- Ne craignez rien, je suis là… Savez-vous comment…

- Groïnk ?  

Tancrède se figea en entendant ce son. Il lâcha sa cape et prit sa seconde épée dans la main gauche, la tendant vers les jeunes filles qu’il avait face à lui. La première tourna son visage vers lui.

- Groïnk ?

- Par Torm, non !

Son visage était le même, Tancrède le reconnaissait… mais cette chose, au milieu du visage… ce groin… était celui d’une Orque ! Spectacle horrifiant ! Et ça ne s’arrêtait pas là : les autres, aux mains griffues et au groin tout aussi proéminent, se retournèrent vers lui.

- Groïnnk ?

Tancrède reconnaissait bien cette langue… Il l’avait apprise, et était l’apanage des tribues Orques les plus primitives… Ce bruit atroce signifiait « Encore ? ».

- Que vous… Qu’est-ce que… Arrière !

La première secoua la tête.  

- Gronk !

Ce qui signifiait… nourriture.

- Reculez, ou je serai forcé de vous…

Mais les enfants (Les monstres ?) ne l’écoutaient pas et se jetaient se lui, mi courant, mi sautillant à quatre pattes. Tancrède reculait devant cet assaut maladroit… Mais il arriva au pas de la porte et trébucha au dehors, où il atterrit dans la boue. Profitant de sa faiblesse, les jeunes filles se jetèrent sur lui… Mais s’empalèrent d’elles-mêmes sur ses lames. Le chasseur se releva tant bien que mal, laissant ses armes dans les corps étendus.

- Tancrède !

Appela de nouveau la voix de sa compagne d’aventure.

- Mériale ? Où es-tu ? Oh, pardonne-moi, j’aurai dû te le dire il y a longtemps ! Mériale ! Mériaaaale !

Mais le tonnerre couvrait ses appels ! Et il erra dans la pluie et l’orage, ne reconnaissant plus rien de son environnement… Jusqu’à ce qu’une forme encapuchonnée, dans la pluie, se dirige dans sa direction avant de s’immobiliser une dizaine de pas face à lui.

- Toi…

Et il y avait un peu du meurtre et de la supplique dans sa voix. Le Nordique vérifia s’il avait toujours ses gantelets cloutés. Bien.

- Qu’est-ce que tu fais ici ? Réponds-moi !

Il marcha vers elle d’un pas décidé.

- Tu vas regretter de t’en être prise à la famille Ambrepi… Hein ? Mais… Tu es un homme ?

La forme encapuchonnée hocha la tête, hésitante.

- Mais ce pendentif…

Reprit Tancrède.

- Comment se peut-il que tu sois…

Une brûlure sur son torse lui fit porter la main à son pendentif.

- … ici ?

Et ce dernier mot sembla résonner dans son esprit. Ici ? Quel était cet ici ? Où était-il ?

- Tancrède !

La voix était toute proche, maintenant. Tancrède cligna des yeux. Il était de nouveau dans le temple des Hommes-Oiseaux. Mériale le pressait de se réveiller. Mais il y avait autre chose… il effectua brusquement un demi-tour à gauche et présenta la partie solide de son gant droit à la dague qui filait vers sa gorge. L’arme racla sans effet la protection. Puis, dans une retour souple et précis, son poing gauche heurta de profil le genoux de son agresseur. Avec un gémissement et un claquement sonore, ce dernier commença à tomber au sol ; mais Tancrède l’attrapa au col et profita de sa chute pour l’envoyer dans le temple. La capuche du mystérieux attaquant glissa, pour révéler un habitant du Mitan de l’Ouest, chauve, couvert de sueur.

- Maudit !

Siffla-t-il.

- Comment savais-tu que…

Et son regard se perdit dans le vide.

- Que faites-vous là ? Demanda-t-il au vide. Mon prix… J’ai payé… J’ai tout donné, j’ai le droit d’être là ! Mon pouvoir ! Je vous ai vendu ! Partez ! Partez ! Si j’échoue, le Météore me tuera… Laissez-moi !

Ses yeux se révulsèrent et il s’écroula, mort, tué par ses cauchemars… ou ses méfaits passés. Une telle scène ne gênait pas Tancrède, qui en avait vu d’autre, et surtout récemment. Il jeta un œil rapide au talisman qu’il avait arraché au cou de son agresseur, quelques secondes plus tôt : un caillou au bout d’une chaînette… Il le rangea dans une de ses poches.

- La tablette.

Dit-il à Mériale.

- Vite.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 5118
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Sam 24 Sep - 12:08

Mériale secoue le bras du rôdeur pour tenter de le ramener à la réalité, sans grand succès. Elle ne cesse pas pour autant mais regarde tout autour d'elle, craignant d'être attaquée alors que son compagnon d'aventure reste prisonnier de ses frayeurs.

°° Si on nous attaque maintenant, il ne pourra pas se défendre...Tymora, aide-nous ! °°


- Tancrède !

A défaut de voir, elle pressent qu'une attaque est imminente. Pas besoin d'être médium pour le deviner. C'est le meilleur moment, alors qu'un des deux intrus du temple est englué dans son propre esprit, pour fondre sur eux. Le rôdeur parle mais ce qu'il dit n'a aucun sens pour la fermière. De nouveau, elle l'appelle mais sa voix devient plus pressante afin de laisser filtrer l'urgence à se qu'il se réveille vite de sa transe involontaire. Soudain, Tancrède parle de sa famille à elle et du fait qu'il va faire regretter à un homme de s'y être attaqué. Les doigts de la rouquine se crispent sur le bras du rôdeur.

°° Pas de panique, Mériale, il est dans une transe, ne l'oublie pas. Ne te laisse pas influencer par ce qu'il dit surtout. °°

Forte de cette pensée, elle le secoue de plus belle et sa voix devient plus autoritaire que jamais.


- Tancrède !

Elle a à peine fini de dire le prénom du rôdeur que ce dernier fait un mouvement aussi souple que brusque avec son bras. Un "cling" se fait entendre alors que le gant métallique du nordique vient de parer la dague qui était destinée à sa gorge. Elle a un hoquet de surprise en voyant près d'elle l'homme qu'elle n'a pas vu arrivé. Alors qu'elle sort son arme, Tancrède l'attaque déjà. Le coup de poing que le rôdeur assène à leur agresseur est si brutal que les os se fracturent dans un craquement aussi sonore que sinistre. L'homme crie sa douleur mais n'a pas le temps de tomber au sol que le nordique le saisit par le col et l'envoie bouler dans le temple. En même temps, Tancrède la prévient.


- La tablette ! Vite !

Sans réfléchir plus, elle fonce dans le temple pour se saisir de la tablette et la sortir rapidement. En chemin, elle ne cesse de prier Tymora pour que la déesse l'accompagne dans sa course folle et lui permette de sortir du temple sans dommage. Elle serre les mâchoires, le regard farouche, prête à en découdre avec quiconque viendrait se mettre en travers de son chemin. Le sang bouillonne dans ses veines et cela lui plait, la grise presque. Ses mains de referment sur la tablette et elle la bloque aussitôt contre elle avant de faire volte face et de courir en sens inverse. Elle voit la porte du temple et au milieu Tancrède qui la regarde tandis que l'homme chauve se tortille encore en criant avant d'expirer dans un hurlement de terreur.

°° Tymora, ne me laisse pas tomber, s'il te plait. °°

Malgré la situation critique dans laquelle elle se trouve, elle se remémore certaines paroles que le rôdeur a prononcé.

°° De quoi parlait-il quand il disait qu'il aurait dû me le dire depuis longtemps ? Je le lui demanderais après, le moment est mal choisit pour penser à autre chose que ce que tu es en train de faire, ma grande ! °° 
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Visiteur
Visiteur


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 19
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Sam 8 Oct - 0:22

Tancrède hocha la tête en voyant revenir Mériale avec la tablette ; ils avaient enfin repris le contrôle de la situation.

- Viens Mériale. Partons. Plus rien ne nous retiens ici.

Il jeta un dernier regard au corps de l’assassin. La brume irréelle de l’endroit commençait à l’envelopper doucement. Il n’avait pas le temps de le fouiller : quitter cet endroit au plus vite était la meilleure chose à faire.

Les aventuriers reprirent leur cheminement silencieux dans la ville morte. La nuit tirait à sa fin… Par quelle sorcellerie ? Le temps s’étiolait étrangement dans le temple maudit.

Tancrède restait aux aguets, tendu comme à son habitude, prêt à tuer au moindre signe de danger. Mais il n’y avait aucun bruit, aucun son. L’endroit semblait moins dangereux, plus passif… Comme si après l’épreuve que les visiteurs venaient de traverser, il attendait.

Les deux compagnons quittèrent la ville principale pour retrouver le bourg d’entrée. La tour de l’historien Aarackocra les attendait toujours… Encore heureux : Tancrède commençait à croire qu’elle ait disparu à leur retour, comme les brumes d’un mauvais rêve !

Par rigorisme personnel, Tancrède inspecta les environs avant de faire signe à la fermière que le chemin était libre. Il ne lui vint pas à l’idée de lui proposer son aide pour la tablette de pierre qui, quoiqu’étonnamment légère pour sa taille, pesait tout de même son poids. L’idée lui était venue, certes, car il s’attachait de plus en plus à sa compagne d’aventure, mais il pensait que cette dernière prendrait sa proposition comme une idée camouflée de faiblesse à son égard. Le Nordique avait encore beaucoup à apprendre sur la vie en société…

Le silence n’était toujours pas brisé, si ce n’est par les deux Humains, alors qu’ils montaient une nouvelle fois l’escalier impossible dans la lueur bleutée qui tombait du plafond. Le soleil devait commencer à darder ses rayons sur la montagne aride.

La ressemblance avec une tombe allant s’accentuant, Tancrède craignît de trouver le Vénérable emporté par les poids des ans. Et en effet, immobile à son pupitre, le dos tourné à la porte comme lors de leur première rencontre, il ne réagit pas à l’arrivée de Tancrède.

Ce n’est qu’à l’entrée de la porteuse des tablettes qu’il se redressa soudain dans un mouvement sec, dégageant des monceaux de poussière.


- La tablette…

Coassa-t-il de sa voix rauque, comme si l’intérieur de son être était aussi sec et poussiéreux que tout dans cette ville.

- Des siècles durant des aventuriers de toutes les espèces, de toutes les races et de toutes les dynasties sont venus voler nos trésors… Et ils rapportaient les tablettes ici, une à une, par bonté ou intérêt. Celle-ci…

Il tendit sa main gauche, semblable à une serre démesurée, vers Mériale et lui arracha la tablette. Chacun de ses mouvements était raide et difficile ; c’est à peine s’il s’était tourné vers la fermière pour lui arracher son bien. À bien y réfléchir, il était assez inquiétant à contempler, grande forme maigre tout en os, peau tendu et plumes écrasées.

- … est la dernière.

Poursuivit-il.

- Oui…

Il passait ses doigts sur la pierre gravée.

- Je la reconnais bien… Ah !

Le soleil venait de paraître au-dessus des montagnes, par la fenêtre est. Il inonda la salle, jouant dans le brouillard de poussière, créant une ambiance onirique.

- Regardez !

Cria l’Homme-Oiseau de sa voix brisée.

- Regardez !

Mais toutes ces tablettes en matériau divers réfléchissaient la lumière du levant. Tancrède du plisser les yeux, à moitié aveuglé.

- Quoi donc ?

Cria-t-il par-dessus un improbable vacarme qui se déchaînait, tel un grand vent dans la petite salle.

- Je ne vois rien !

- Les voici ! Et les montagnes, et les étendues aériennes !

Sa voix semblait reprendre de la force. Elle n’avait rien à envier au vacarme ambiant, désormais ! Tancrède se protégea le visage avec un avant-bras.

- Mais qu’est-ce qui se passe ?

En réponse, un grand cri résonna dans la ville… et Tancrède le reconnut immédiatement comme le premier éclat de voix qu’il avait entendu, une journée plus tôt, mais bien plus fort, et bien plus triomphant.

- Comment est-ce possible… La créature qui nous suivait… Le cri… C’était vous ? C’était…

Mais il arrêta de parler. Après un grand claquement d’aile, le bruit avait cessé aussi soudainement qu’il avait commencé.

- … réel ?

Conclut-il finalement, éberlué.
La salle était tranquille et ordinaire, maintenant. Le soleil n’éblouissait plus et une douce luminosité de jour naissant se répandait sur l’endroit.


- Sorcellerie…

Grommela le chasseur.

- Que… ? Par Torm !

Il posa un genou à terre et ramassa la tablette de pierre que tenait l’Aarakocra quelques instants (Vraiment ?) plus tôt. C’était du Chessenta moderne. Une recette pour la guérison de la paralysie.

°° Eh bien… Mission accomplie, je suppose. Je ne veux plus passer un seul instant de plus dans cette ville… Mais pourquoi ai-je l’impression que tout ceci nous attendait depuis des siècles ? °°

Sur ce, il se releva, et invita Mériale à quitter l’endroit au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 5118
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Sam 8 Oct - 0:25

Mériale marche derrière le rôdeur, zigzaguant à travers les décombres des faubourgs de l'antique cité qui lui barrent le passage. Elle tient dans ses bras la tablette qui ne lui semble pas peser bien lourd. Arrivée à la tour du vénérable, elle grimpe tant bien que mal, la plaque de pierre la gênant dans son ascension. Une fois dans la pièce du vénérable, ce dernier lui arrache presque avec brutalité la précieuse tablette pour la contempler. La fermière sursaute devant si peu de délicatesse et fronce les sourcils.

°° il pourrait se montrer plus doux ! Nous avons risquer nos vies pour lui venir en aide...un peu de reconnaissance serait bienvenue. °°

Mais le vénérable ne semble pas décider à faire preuve de gratitude. Il se met soudain à crier tandis qu'au même moment un grand vacarme se fait entendre. Une clarté aveuglante envahit la pièce et Mériale lève le bras pour protéger ses yeux contre cette lumière trop vive. La lumière et le bruit sont si assourdissant que la fermière entend à peine les voix du vénérable et de Tancrède lorsqu'ils parlent. Elle se concentre au maximum pour pouvoir comprendre ce qu'ils disent et fini par y parvenir.

Lorsque le bruit d'un grand claquement d'aile se fait entendre, Mériale a la conviction que le vénérable est en train de partir vers un monde meilleur. Oui, elle sent que le vieil homme-oiseau a enfin gagné le pardon de son peuple et qu'il part le rejoindre dans les montagnes célestes du paradis des Aaracokras. La fermière sent les larmes lui monter aux yeux à la pensée de la délivrance du vénérable.


- Il est en paix maintenant...

Dans le silence qui suit l'envol du vieil homme-oiseau, la voix de Mériale résonne, la faisant sursauter. Elle ressuie d'un revers de manche les larmes qui coulent sur ses joues, des larmes de joie pour le vénérable qui a fini de souffrir. Elle regarde Tancrède qui se baisse pour ramasser une tablette gravée qui gît sur le sol. Il se tourne vers elle et lui montre sa trouvaille. La fermière est surprise de pouvoir lire sans difficulté les inscriptions et sent de nouveau les larmes couler sur ses joues. Encore une fois, ce sont des larmes de joie. Elle parle d'une voix chevrotante, submergée par l'émotion.

- C'est un remède contre la pétrification ! Oh Tancrède, tu te rend compte ? Grâce à cette tablette, les gens du village vont pouvoir se soigner contre les dégâts provoqués par les cockatrices. Les dieux soient loués !

Elle sourit, un sourire radieux qui montre combien elle est heureuse et fière d'avoir participé à ce périple. Ses yeux pétillent de joie et c'est avec entrain qu'elle quitte la tour et les ruines de l'antique cité pour retourner vers Blasus. sur la route du retour, Mériale revient sur leur aventure et les moments qu'ils ont passé dans les ruines Aaracokra. Au bout d'un moment, elle en vient à une phrase qu'a prononcé Tancrède : "-Mériale ? Où es-tu ? Oh, pardonne-moi, j’aurai dû te le dire il y a longtemps ! Mériale ! Mériaaaale !"

- De quoi voulais-tu parler ? Que devais-tu me dire depuis longtemps ?

Ses yeux fixent le dos du rôdeur, attendant une réponse de sa part tout en restant vigilante pour ne pas trébucher et s'étaler lamentablement sur le chemin escarpé qu'ils sont en train d'emprunter pour redescendre la montagne.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Visiteur
Visiteur


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 19
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Ven 14 Oct - 0:02

Le duo marchait silencieusement depuis quelques temps déjà sur les montagnes. La pente était aussi ardue que l’escalade. Peut-être même pire, dans un certain sens. Qu’en pensez-vous ? Dans l’esprit torturé du chasseur, il en allait comme suit : une montée demande de la volonté. Il y a un choix à faire. La difficulté : on continue de monter, même au prix de souffrances. La facilité : vous en restez là, quitte à ne pas atteindre votre objectif, mais vous ne souffrez plus.

La pente est plus vicieuse. Il y a un choix à faire. La difficulté : vous optez pour une descente contrôlée, vous arrêtant là où vous le désirez, avec précision et effort, pour ne rien perdre en chemin. La facilité : vous vous laissez choir, c’est la chute libre. En sang, vous finirez par atteindre ce que vous cherchiez, et ce sans efforts. Juste au prix du sang.

La montée ne permet pas ce genre de faiblesse.

Tancrède haïssait les descentes.

Alors qu’ils empruntaient les mêmes sentiers rocailleux qu’à l’allée, le Nordique se prit à penser que leur périple dans la cité des Chasseurs Célestes n’avait prit qu’une journée ! Pourtant, il lui semblait que cela remontait à longtemps, très longtemps… Mais ils étaient presque arrivés au village de leur départ, désormais. Les trois semaines de voyages s’étaient passées sans encombre…


« De quoi voulais-tu parler ? Que devais-tu me dire depuis longtemps ? »

La question de Mériale avait brisé le silence. La mâchoire de Tancrède se crispa mais, fort heureusement pour lui, il se trouvait un peu avant de sa compagne d’aventure, aussi elle ne le vit pas ; mais peut-être le devina-t-elle ?

Le Nordique marcha un peu en silence avant de répondre. C’était cela, son habitude. La réponse viendrait quand il l’aurait mûrement réfléchie.

Ils approchaient de leur objectif. Au pied de la montagne, entouré d’un peu de végétation, couleur mousse et feu, il y avait un lac. Le soleil de midi le transformait en surface de lumière, lisse et aveuglante. Le chasseur se retourna finalement.

Mériale était là, derrière lui. Les reflets de l’eau jouaient sur elle ; elle en semblait littéralement illuminée. Ses cheveux couleur d’incendie n’avaient rien à envier à la végétation alentour. Ils la sublimaient. La scène, enveloppée de clarté solaire, rendait ce duo embrasé comme une chevelure de légende qui emplissait la vision du Nordique. Le vent se mit à souffler. Ses propres cheveux, sales et lui tombant sur le cou, brouillèrent un instant sa vue.

Ils étaient noirs de jais.

Comment la fermière le voyait-il, à contrejour ? Comme une grande forme noire.

L’heure était venue.

« Mériale… Te rappels-tu ce que tu as dit à Morlun ? Hélas… C’était faux. Je ne suis pas homme de bien. J’ai fais saigner, j’ai meurtri. Le liquide rouge a laissé des taches sur mon âme et a séché. À l’intérieur, je ne suis plus qu’une croûte noire tentant de survivre dans un monde plus mauvais et noire qu’elle encore. Je surnage vaille que vaille, mais mon passé me tire vers le fond. Je peux enterrer les morts, voyager pour oublier… le passé, lui, ne m’oublie pas. Un jour, je replongerais et l’eau s’infiltrera dans mes poumons. »

Il serrait rudement le pendentif de pierre dans sa poche.

« Ce jour-là, Mériale, je ne veux… »

Un silence. Très court. A-t-il vraiment existé ? Le Noir se détourne du Feu.

« … personne pour se noyer avec moi. »

Puis il reprend son chemin. Voilà, c’est dit. Il n’a pas lâché prise.

Tancrède haïssait les descentes…

… mais vous a-t-il jamais dit qu’il aimait escalader ?
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 5118
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Ven 14 Oct - 0:04

La brise souffle et fait ondoyer ses mèches rebelles donnant une impression de vie indépendante à sa chevelure rousse. Elle lève la main pour les ramener derrière son oreille. Elle s'arrête net quand le nordique pile devant elle et fait volte face pour la regarder. Ses yeux clairs fixent Tancrède qui se dessine comme une ombre chinoise sur le paysage. Elle ne peut voir l'expression de son visage et cela l'ennuie un peu. Elle plisse les yeux, gênée par la luminosité, mais continue de fixer l'ombre du rôdeur.
Au fur et à mesure qu'il se livre, la fermière ne peut cacher sa compassion face à cet homme si torturé. Lorsqu'il se tait et reprend sa marche, elle prend la parole de sa voix douce, le regard plus intense que jamais.


- Chaque personne a droit à une seconde chance, Tancrède. Quel que soit les horreurs que tu as pu commettre dans le passé, tu as la possibilité de te racheter, de réparer ce que tu as fais. Tu as réussis à faire un pas vers la rédemption en reconnaissant tes fautes. Il n'est pas donné à tout le monde de pouvoir le faire. C'est déjà une grande preuve de courage... Les dieux te voient et connaissent jusqu'au tréfonds de ton âme. Ils te jugent et s'ils ont décidé de te laisser vivre malgré toutes tes fautes passées c'est qu'ils veulent te laisser une chance de t'amender.

Elle s'approche et pose sa main sur l'épaule du rôdeur, un sourire aux lèvres.

- Une âme, aussi abimée soit-elle peut-être soignée...

Elle prend la main du nordique dans la sienne tout en continuant.

- Et une amie c'est toujours bien pour aider dans les moments difficiles. Ne serais-ce que pour soutenir quand on manque de se noyer. Ne rejette pas mon amitié, Tancrède, elle est sincère et désintéressée. Tu ne m'entraîneras nulle part où je ne souhaite pas aller, cela soit en certain. L'union fait la force...L'adage est vrai, tu sais et ne plus être seul t'aidera à avancer plus vite et plus sereinement.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Visiteur
Visiteur


Masculin
Nombre de messages : 23
Age : 19
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Sam 29 Oct - 23:27

Ainsi fut-il dit et ainsi il fut-il fait : le cœur naturellement bon de Mériale ne pouvait rester de marbre face à la désolation de la vie de Tancrède Beormus. En prononçant ces paroles douces et charitables, elle ouvrait la porte au Destin.

Mais tout pouvait s’arrêter là.

Il eut fallut que le Nordique refuse de se laisser approcher, se mure une nouvelle fois dans son silence obstiné, par attitude ombrageuse ou protectrice, et reparte de son pas rapide vers le village qu’il pouvait voir, plus bas.

Mais rien de tout cela ne se produisit.

Tancrède ralentit. Tancrède accepta l’amitié que lui offrait Mériale et, ne rejetant pas la main de la fermière, laissa se lier leurs deux histoires pour de bon.

Mais tout pouvait s’arrêter là.

Il eut fallu que l’assassin de la Cité des Chasseurs Célestes ne se soit pas imprudemment lancé à l’attaque devant le temple, qu’il retrouve les aventuriers à ce moment précis pour que s’abatte impitoyablement son poignard dans leurs dos. Il eut fallut que le voyage eut prit un jour de retard, et les pillards Orques aperçut dans les ruines se seraient trouvés ici à bivouaquer autour du point d’eau. L’instant se serait volatilisé pour un autre, plus violent et moins prophétique.

Mais rien de tout cela ne se produisit.

Et Mériale Ambrepierre, et Tancrère Beormus, profitèrent de la vue en avançant lentement sur le chemin, leurs futurs aussi liés que leurs mains à cet instant. Goûtant au calme, ils prirent leur temps, mais qu’importe…

… le Destin, lui, a tout le sien.



( hrp : FIN de l'aventure dans les montagnes des chasseurs célestes du royaume de Chessenta...Mais pas des aventures de Tancrède et Mériale qui continuent dans les royaumes oubliés Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)   Aujourd'hui à 16:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les montagnes des Chasseurs Célestes. (RP participatif)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand le vent siffle dans les montagnes...
» A l'approche des Montagnes
» Dans les montagnes, un monatère éloigné
» Du vent dans les montagnes [Libre]
» Une ombre s'étend dans les montagnes [Test niv. III]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masterole :: Les tables :: Royaumes oubliés - Chessenta-
Sauter vers: