Forum sur les jeux de rôles
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voyage vers Les Hautes-Landes.

Aller en bas 
AuteurMessage
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Mar 19 Juin - 22:58

Voici la suite des aventures de Tancrède et Mériale...
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 21
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Mar 19 Juin - 22:59

Il faut d'abord savoir, chers lecteurs, que tous n'ont pas ici-bas un destin à leur mesure. D'aucun méritait une place au firmament qui mourra jeune aux travaux des champs ; d'aucun méritait de vivre dans la fange se prélasse dans le luxe et la mollesse. Voyez Mériale Ambrepierre et Tancrède Béormus.

L'une possède une âme qui déborde littéralement de son corps en un flot d'amour impétueux et quiconque croise son chemin est béni des dieux bons ; rares sont ceux à s'en rendre compte. L'autre n'est que douleur et espoir, ayant sacrifié sa vie sur l'autel du bien commun.

Il aurait suffit de quelques temps à peine. Quoi ? Cent ans ? Et ils auraient vécus des aventures à la mesure de leur spiritualité de géant. Mais en ces temps suivant de près le Temps des Troubles, les forces universelles ne sont pas encore prête à s'investir de nouveau dans le monde. Elles sont en vérité trop faibles pour se permettre de prendre un tel risque et même les plus puissantes craignent les personnages comme nos deux héros. Ô cosmique paradoxe ! Tant de catastrophes auraient pu être évité si l'une de ces forces avait fait montre ne serait-ce que d'une once du courage de Mériale ou de la volonté de Tancrède ! Peut-être est-ce un peu de la faute de nos héros après tout, puisqu'ils sont la source de cette peur, limités et révélant pourtant lors de leurs aventures mortelles des âmes s'éployant sans cesse vers l'infini.

Avez-vous deviné ?

C'est l'Humain qu'ils craignent.

¤¤¤

Après avoir vécu un temps loin des routes, dans son manoir d'abord puis dans la famille de Mériale, il s'était formé en Tancrède comme un vide. Il avait cherché, lors d'instants d'isolement contemplatif, l'origine de ce néant qui, malgré sa bonne volonté, déteignait ses joies, aspirait vers lui les couleurs de ces instants de bonheur. Ce n'est qu'en voyant Mériale quitter sa famille en si bonne entente qu'il fit enfin le lien entre son malaise et son histoire : sa propre famille, quelque part dans les Hautes-Landes, attendait l'occasion de vivre un pareil moment. Son absence, en vérité, n'avait que trop duré.

Mériale, dans sa bonté, accepta un voyage qui en eut rebuté plus d'un : redescendre jusqu'à Nulle Part pour aider Tancrède à se réconcilier avec sa famille.

Pour cela, le voyage s'organiserait en trois étapes : rejoindre une caravance jusqu'à Eauprofonde, remonter jusqu'à Sécombre puis partir à pied jusqu'au cœur des Hautes-Landes.

À leur mise, leurs voisins de voyage comprirent tout de suite qu'ils étaient aventuriers. Si la solitude n'était alors plus vraiment du voyage (On venait leur demander des histoires, des conseils, de l'aide pour des affaires qui, en général, n'en valait pas tant...), il y avait certains avantages : des marchands, voyageant avec eux, s'étaient ligués en un consortium. Leur argent en commun, ils avaient offert une prime pour chaque aventurier du convoi, afin qu'ils le protègent lorsqu'il en viendrait à longer le Marais des Morts. Des brigands de toute sorte ayant été repérés dans les environs, Tancrède accepta immédiatement de protéger, plus que les biens, les hommes et les femmes du convoi.

Jusque lors, Tancrède et Mériale avaient été déployés sur l'un des flancs de la caravane et n'avaient croisés aucun de leurs camarades. Mais la visite de leur employeur, un riche et gras marchand du nom de Malvis Dèbre, originaire d'Eauprofonde, allait changer cela...
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Mar 19 Juin - 23:01

Leurs premiers pas depuis leur départ du village de Mériale les conduisent vers le chemin menant à la cité d'Eauprofonde. Quelques regards de biais laissent voir à la fermière-aventurière que son compagnon de route semble pensif. Durant quelques kilomètres, elle se demande si elle doit lui parler ou le laisser à ses réflexions. Finalement, elle opte pour la communication et lui demande d'une voix douce.

- Je te sens bien pensif, Tancrède. Qu'est ce qui te préoccupe ?

Elle lui offre un sourire d'encouragement avant de poursuivre.

- Si tu préfères ne pas parler, je comprendrais. Tu n'y es pas obligé, loin de là.

Elle laisse au rôdeur le choix de lui répondre ou non, sans être insistante. Elle a apprit depuis longtemps, avec son défunt mari, que quelquefois les hommes préfèrent garder certaines choses pour eux, même si cela peut les faire souffrir. Pendant ce temps d'échange verbal ou non, ils rejoignent un groupe de voyageurs et font route ensemble pendant un temps. Puis, ils finissent par croiser un convoi de marchands qui offre des emplois de gardes à ceux qui le veulent bien.

°° Excellente idée, voilà de quoi nous permettre de voyager tout en gagnant quelques sous pour les achats à venir que nous aurons à faire pendant notre périple. °°

Tout comme Tancrède, Mériale accepte d'endosser le rôle de garde du convoi, mettant sa lame au service du grassouillet Malvis Dèbre. Il est vrai que le marais des morts n'est pas réputé pour sa quiétude et les lieux sont souvent propices à des attaques de brigands. Ne prenant pas à la légère son nouvel emploi, Mériale reste très vigilante sur ce qui se passe autour d'eux, prête à réagie et à défendre leur nouveau patron. Elle sourit néanmoins, ravie de se voir confier une tâche qu'elle n'a pas l'habitude de faire.

°° Puisse Tymora nous sourire et Heaum nous protéger ! °°
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 21
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Mer 27 Juin - 0:39

Il était inévitable qu'une âme comme celle de Mériale se penche sur la détresse de son ami. Il s'était lentement habitué à cette prévenance constante, tentait même d'en faire montre à l'occasion, et pour lui, garder des secrets envers Mériale lui apparaissait désormais comme une trahison de confiance.

Cependant, Tancrède faisait cette fois face à un problème particulier. Pas de sombres secrets, pas d'assassins à leurs trousses, pas de démons dans la pierre... Ç'aurait été trop simple. Dans ces moments-là, le devoir d'avertir d'un danger prenait le pas sur la réserve ou la timidité. Alors qu'aujourd'hui, la difficulté était toute autre...

... le chasseur avait tout simplement rencontré la famille Ambrepierre, un exemple de solidarité et d'amour à tout épreuve. Pendant les quelques temps passé à son contact, la famille Ambrepierre l'avait presque intimidée par sa camaraderie, ses chamailleries bon enfant... Chacun avait sa particularité, son code qui le rendait unique aux yeux des autres. Malgré l'ouverture dont la famille avait preuve de bon cœur, Tancrède n'avait pu que se sentir de trop. Peut-être aurait-il pu entrer dans les discussions, les plaisanteries ? Mais il se ressouvenait alors de sa propre famille, avec laquelle il s'était quitté en mauvais termes.

Comment avouer à Mériale que sa famille exemplaire emplissait l'appréhension du chasseur, en songeant qu'elle serait immanquablement comparée à la sienne ? Voilà quelque chose qu'il ne pouvait se résoudre à dire tout de suite. Cependant, il voulu présenter quelque chose, pour ne pas laisser son amie dans l'ignorance :


"Tu sais que ma famille et moi-même nous sommes quittés en mauvais terme. Lui dit-il un jour. Pourtant, j'ai toujours cru qu'un différend ne pouvait nous diviser très longtemps. Cependant, la raison n'en était autre que Déborah : mon père lui a dès le premier jour trouvé un défaut caché que je ne savais voir. J'en concluais qu'il avait tort et que nous ne pouvions pas nous accorder sur ce point. Je suis parti."

Il était désormais bien plus détendu en évoquant sa défunte femme. Un autre jour, il poursuivit :

"Mon père est prêtre, savais-tu ? Il est le gardien de mon village ; c'est lui qui entretient la combativité des hommes et des femmes de Nulle Part. Il espérait un jour me voir reprendre le flambeau... Peut-être est-ce à cause de cela qu'il voyait Déborah d'un mauvais œil ? Elle ne pouvait supporter les Hautes-Landes : elle était citadine... À moins que mon père n'ait qu'été meilleur juge de la nature humaine que je ne l'ai jamais été."

À ce moment là, toutefois, il se renfrogna quelque peu.

Au jour de notre aventure, Tancrède entreprenait de révéler la raison de sa tristesse, quelque peu honteux de la ressentir, à sa camarade. Mais les mots lui manquaient :

"Je ne suis pas certain de ce que je vais retrouver là-bas, Mériale..."

Aussi quand vint à eux Malvis Dèbre ressentit-il un soulagement presque coupable.

"Mes amis ! Les interpella le gros homme avec cette emphase fausse que confère le métier de marchand. Je suis enfin parvenu à convaincre le dirigeant de cette caravane de faire un détour !"

Il tendit un doigt boudiné sur le sud, où une chape ombreuse s'étalait comme un ver sur la ligne d'horizon.

"Je n'appréciait guère l'idée de longer cet endroit maudit. Qui sais ce qui peut s'y cacher ? Oh, si ce n'est vous, aventuriers expérimentés que vous êtes, bien sûr !"

Il s'esclaffa sottement et envoya une tape molle sur le bras de Tancrède. Profitant du fait que Malvis s'épongeait le front avec un mouchoir brodé, le chasseur croisa le regard de Mériale et leva les yeux au ciel. Dèbre semblait pouvoir se payer toute la caravane : si faire appel aux bons sentiments du capitaine de voyage n'avait pas suffit, il avait dû faire appel à des arguments plus sonnants et plus trébuchants...
Tancrède ne se rendit compte de la complicité qui s'était installé entre Mériale et lui qu'après coup.


"C'est une chance pour nous tous. Reprit le marchand. Cependant, je fait le tour de mes associés - ainsi appelait-il les gardes de la caravanes - pour prévenir le danger qui nous guette encore. Nous allons réorienter le voyage dans l'opposé de la direction du marais. Ce détour nous fera emprunter une route que je connais très bien : quand nous aurons passé un petit défilé, nous retrouverons tout naturellement la route d'Eauprofonde. Mais d'ici là..."

Il se baissa vers eux comme pour dissimuler un secret aux autres membre de la caravane marchande :

"... il serait plus prudent que vous gardiez nos arrière. Tous les aventuriers y seront : ce n'est pas à vous que je vais apprendre qu'il ne faut jamais baisser sa garde trop tôt ? Ah ah ! Il y aura un supplément à votre paye finale, bien sûr, pour le rallongement du trajet. Oh, si nous ne finissons pas tous dévorer par des fantômes, mmh ? Ah ah ah ! Je retourne à l'avant, avec mes biens, et les autres marchands feront de même. Ils ont la frousse du marais, vous comprenez ? Qui ne l'aurait pas ? À part vous, s'entend, ah !"

Tancrède ne fut pas mécontent de le voir partir. Il s'était mis à les accompagner sur le chemin de l'arrière de la caravane. Le voir poursuivre jusqu'au bout aurait été une grande gêne. D'autant plus que..."

"Mériale !" Chuchota Tancrède.

En gardant les mains sous sa cape, dissimulées aux yeux des promeneurs, il désigna un individu encapuchonné.


"Nous sommes suivis. Il ne nous lâche pas depuis que Dèbre nous accosté !"

L'alarme était légitime : les curieux ne s'étaient jusque-là jamais cachés. Quoique ce filateur fut loin d'être discret...
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Mer 27 Juin - 0:41

Mériale sent une bouffée de reconnaissance l'envahir lorsque Tancrède se confie à elle au sujet de sa famille. Se livrer ainsi lui aura demandé du temps mais il semble avoir enfin franchi un cap et aller dans la bonne direction : celle de la confiance en l'autre. La fermière se réjouit pour son ami, sachant quels efforts cela a dû lui demandé.

°° Puisses-tu ne pas t'arrêter à ma seule personne pour reprendre confiance en ton prochain, mon ami, et voir la vie de façon moins sombre. Je te le souhaite de tout cœur ! °°

Elle hoche la tête avant de lui répondre.

- Le temps qui passe cicatrise bien des blessures, Tancrède, et l'absence d'un enfant est toujours difficile à vivre pour des parents, quel que soit les disputes qui ont pu le voir s'éloigner.

Elle lui sourit et lui tape amicalement le dos.

- Je suis sûre qu'ils seront heureux de te revoir, sain et sauf, et qu'ils te feront bon accueil.

Elle espère sincèrement que cela se passera bien pour les retrouvailles de Tancrède et sa famille.

°° Il serait si malheureux si cela se passait mal et cela serait si injuste pour lui. après toutes les blessures à l'âme qu'il a reçu, celle-ci serait difficile à surmonter. ö Sunie, met suffisamment d'amour dans le cœur de sa famille pour que tout se passe bien lors de leurs retrouvailles. °°

Alors qu'ils cheminent au rythme des pas des chevaux, Malvis Dèbre vient les rejoindre pour leur parler. Il leur explique son intention de faire dévier la caravane pour éviter le marais des morts. L'idée semble bonne en soi mais Mériale a quand même un doute. Elle fronce les sourcils et se demande.

°° Ne va t-on pas au contraire vers les ennuis ? Je suppose que bon nombre de caravanes ont dû avoir la même idée et que les brigands ont prit leurs dispositions pour les cueillir à un autre endroit. °°

Elle fait une grimace.

°° Nous aurons intérêt à être encore plus vigilants ! °°

Tandis qu'elle pense cela, Tancrède lui fait remarquer qu'un individu semble les filer, un peu maladroitement, depuis que le marchand les a embauché. Elle glisse de temps en temps quelques regards discrets afin de détailler au mieux le suiveur. Elle tente de trouver un détail, quelque chose qui lui permette de le reconnaître si ce dernier venait à être vêtu de façon différente.

°° Allons bon, voilà un souci supplémentaire...comme si cela ne suffisait pas de devoir surveiller la caravane. °°

Elle pousse un petit soupir avant de chuchoter à Tancrède.

- Que penses-tu faire ? Le laisser nous surveiller et le surveiller en retour sans qu'il s'en aperçoive ou tenter de le coincer pour savoir pourquoi et/ou pour qui il nous file ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 21
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Jeu 28 Juin - 22:20

Tancrède hoche doucement la tête.

"Je suis pour l'arrêter le plus vite possible. Mais pas n'importe comment ! Suis-moi, nous allons le coincer."

Ce disant, il allongea le pas. On aurait pu croire qu'il se dirigeait à l'aveuglette dans le dédale de véhicules brinquebalants, tant ses changements de direction étaient brusques, mais il n'en était rien. Il se dirigeait droit vers une caravane dont le conducteur, un demi-orque à la mâchoire large, avait fait leur connaissance au début du voyage. Quand les deux compagnons arrivèrent à sa hauteur, le marchand lança :

"Ah, salut Mériale ! Salut Tancrède ! Comment ça va, vous deux ?"

D'un geste souple, le chasseur le rejoignit sur le siège du conducteur d'attelage.

"Salut Maruc ! Tout irait bien sans l'individu qui nous suit, juste là.

-Ah, problème d'aventurier..."

Ayant lui-même pressé l'allure, le filateur surgit, avec un peu de retard, à l'extrémité d'une allée.

-Justement : nous devons nous rendre à l'arrière du convoi sur le conseil de Dèbre.

-Ah tiens ! Sur son conseil je dois remonter la file, moi.

-Mais depuis lors, nous sommes filés. Je peux te demander quelque chose ?

-Bien sûr !"

Maruc avait l’œil pétillant, espérant être le témoin d'un sale coup. Son sang orque devait lui avoir légué le goût pour l'action de ses ancêtres.

"Rien de bien exceptionnel. Permet-nous simplement de traverser ta caravane.

-Pas de problème, vous êtes les bienvenues ! Dites, il n'est pas très discret, le gaillard. Coincé-le au plus vite, que je sois encore là quand vous le passerez à tabac !"

Il fit un clin d’œil à Mériale en écrasant son poing dans la paume de sa main. Il partit d'un rire un peu trop guttural pour être tout à fait humain.

"Merci Maruc. Porte-toi bien. Oh, et ouvre l’œil ! Mériale semble avoir un mauvais pressentiment, et je lui fais confiance..."

Le demi-orque hocha la tête, restant tout de même dans l'expectative d'une bonne bagarre à laquelle il se joindrait volontiers.

L'intérieur de la chariote était étouffant : vendeur de peau, Maruc la remplissait de fourrure et d'animaux qu'il dépeçait tout au long du voyage. Le résultat étant d'une certaine qualité, Tancrède n'avait jamais soupçonné qu'il puisse travailler dans de telles conditions.


"Très bien. J'ai observé notre homme : il n'est pas discret mais semble bien connaître le disposition de la caravane. Il s'est jusque-là toujours arrangé pour réapparaître à nos côtés via une artère latérale, ou pour nous devancer en devinant notre trajet. Nul doute qu'il nous attendra juste derrière cette porte, comme précédemment, prêt à reprendre sa filature."

Il posa un pied sur une caisse de bois et porta la main à un anneau de fer pendant du plafond.

"Nous sortirons par le toit pour lui tomber dessus. Nous serons en position de force."

Émerger de l'atmosphère étouffante fit l'effet à Tancrède d'une vague de froid. Aidant sa camarade à le rejoindre, il jetait des coups d’œil de droite et de gauche, plaqué contre le toit du véhicule. Bientôt, il vit ce qu'il attendait : la silhouette encapuchonnée, observant la porte arrière de Maruc, appuyée à l'angle d'une roulotte, était à portée.

"Ça y est ! Nous y voilà ! À la une, à la deux... Coinçons-le !"

Le chasseur s'élança et tomba à bras raccourcis sur le suiveur. À la décharge de ce dernier, il ne se débattit pas beaucoup et semblait beaucoup s'amuser. Tancrède, quant à lui, ne savait plus trop où se mettre et préféra neutraliser l'individu sans le violenter. Il le plaqua au sol, provoquant un nouvel accès d'hilarité de la part de l'inconnu.

N'y comprenant rien, Tancrède jeta un regard interrogatif à Mériale. Puis la lumière se fit dans son esprit.


"Morlun ? Demanda-t-il. Mais que fais-tu ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Sam 30 Juin - 21:45

Mériale approuve la décision de Tancrède de cueillir aussitôt leur suiveur afin de pouvoir le questionner. L'idée d'être filé ainsi ne lui plait pas du tout et surtout n'augure rien de bon.

°° Pourquoi nous suit-il ? Et pour le compte de qui ? °°

Des questions que la fermière brûle de poser à leur mystérieux poursuiveur. Lorsque le rôdeur s'approche du chariot du semi-orque Maruc, elle le salue avant de secouer la tête et de lui répondre en souriant.

- Non, non, nous n'avons pas l'intention de déclencher une bagarre...à moins bien entendu que notre suiveur ne se débatte comme un forcené. Mais je te promet que si nous en venons à cette extrémité, nous t'appellerons en renfort si besoin, juré !

Elle fait un clin d’œil à Maruc avant de grimper à la suite de Tancrède dans le chariot. Elle fronce le nez et hoquette en entrant dans la puanteur de l'habitacle. Le lieu clos garde malheureusement les odeurs et Mériale sent la nausée lui monter à la gorge. Elle se retient difficilement et pousse presque son comparse quand celui-ci lui dit qu'ils vont sortir par le haut du chariot, pour sortir plus vite. A elle-aussi, la différence d'air lui fait un bien fou et elle sourit, levant le visage au ciel.

°° Il était temps, je crois que je n'aurais pas tenue plus longtemps et j'aurais été bien gênée de vomir dans le dos de Tancrède. °°

Sur le toit du chariot, le rôdeur lui indique leur fileur qu'elle repère aussitôt. Elle se tient prête et lorsque Tancrède saute sur l'homme encapuchonné, elle saute à côté avant de sortir sa lame pour tenir leur adversaire ne respect. Mais les choses ne se passent pas du tout comme ils l'avaient prévu. D'abord, l'homme encapuchonné semble bien plus agile qu'ils ne le pensaient et au lieu de tomber au sol, il roule, entraîne Tancrède avec lui et semble vouloir le garder au corps à corps. Mériale grimace car comment le rôdeur pourrait-il saisir son arme si son adversaire le garde serrer plus ou moins contre lui ?

Elle s'apprête à blesser leur fileur lorsque ce dernier se met à rire tout en continuant à mettre Tancrède en échec. La fermière n'hésite pas, elle va frapper lorsque l'homme encapuchonné lui parle.


- Ne fais pas ça, ne frappe pas, Mériale !

La fermière suspend son geste, interloquée. Qui est donc cet inconnu qui connait son prénom et surtout qui s'adresse à elle sans une once d'agressivité dans la voix ?
Mériale est perplexe et l'inconnu profite de ce bref moment d'hésitation pour enfin relâcher Tancrède et bondir en arrière. Bien vite, il abaisse son capuchon pour se faire reconnaitre. La manœuvre est réussie car Tancrède le reconnait aussitôt.


- Morlun ? Que fais-tu ici ?

Mériale abaisse son arme avant de la ranger, soulagée de voir que les choses ne sont pas aussi terribles qu'elle l'avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 21
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Dim 1 Juil - 22:43

Un peu gêné, Tancrède tendit une main charitable au maraudeur hirsute. Celui-ci la repoussa d'une tape, avant de se relever en faisant fi de la crasse que cette échauffourée avait ajouté à son habillement plus qu'usé.

"Mériale, tu dois te rappeler de Morlun, l'Urthgardt... Et toi..."

-Ouais, aux environs de Padhiver, je connais bien l'odeur. Je participais à la Fête des Cerfs dans le coin l'année dernière. Je vois que tu l'uses moins vite que l'autre..."

La dextre de Tancrède se serra convulsivement. Il y a quelques mois, sans doute aurait-il fait ravaler par la force son insulte au barbare. Mais désormais plus apaisé, il se contint et lança un regard d'excuse à sa compagne d'aventure, qui voulait dire : "Il est comme ça, je n'y peux rien.".

"Vous semblez être quelqu'un sur qui on peut compter, de toute manière, pas du genre petite chose..."

Bien qu'il s'agisse d'un compliment destiné à Mériale, l'Uthgardt l'assortit d'un regard insolent de haut en bas, appréciateur et à la fois critique.

Un peu plus loin, Maruc se rendant compte que l'affaire était réglé, dirigea ses bœufs vers l'avant du convoi en agitant la main. Le chasseur lui rendit son salut.


"Mais qu'est-ce qu'il a à quitter sa place, celui-là ? Il n'en a pas bougé depuis des jours...

-Tu épies toujours ceux qui t'entourent ? Soupira Tancrède.

-Seulement quand cela m'amuse ou que l'on me paie. Je suis un aventurier défenseur de caravane... jusqu'à la fin du voyage, aux frais de Dèbre, tout comme vous.

Il gratta sa barbe hirsute ; était-ce un réflexe ou gardait-il des puces de ses escapades nocturnes ?

"C'est opportun, alors : si Maruc va en tête, c'est sur la demande de Dèbre, tout comme le fait que nous nous rendions du convoi. Le marchand connait un défilé qui nous dérobera aux regards des habitants du marais.

-Quelle idée stupide ! Si un tel endroit existe, les bandits de grands-chemins doivent déjà l'avoir mis sous surveillance ! Mais allons, je vais vous accompagner, puisque nous voilà ensemble..."


Il passa au milieu d'eux sans vergogne et prit la tête de la marche. Tancrède semblait réticent à le suivre dans l'instant.

"Alors, vous venez ? Lança le barbare.

-Commence à avancer, nous te rejoindrons.
Répondit Tancrède.

Puis il se tourna vers Mériale, la mine grave. Comme il s'était fait la réflexion plus tôt dans la journée, dans ces moments-là le devoir d'avertir d'un danger prenait le pas sur la réserve ou la timidité.


"Je ne pensais pas que nous aurions à le côtoyer...
Murmura-t-il. C'est qu'il n'est pas comme nous Mériale... C'est un lycanthrope !"
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Dim 1 Juil - 22:45

Mériale fronce le nez avant de répondre au rôdeur.

- Oui, je me souviens très bien de lui.

Pinçant les lèvres devant la façon insolente qu'il a de parler d'elle ou même de la détailler comme on le fait d'une pièce de viande qu'on s'apprête à déguster, Mériale lui lance un regard de reproche mais ne lui décroche pas un mot. Elle préfère se taire plutôt que d'entrer dans une discussion de conflit qui va s'éterniser et leur faire perdre du temps et focaliser leur attention sur autre chose que la protection de la caravane.
Elle hausse les sourcils lorsque Morlun leur dit avoir été engagé, lui-aussi, par Dèbre. Elle le regarde partir vers l'avant du convoi tandis que Tancrède la retient afin de pouvoir lui parler en toute discrétion. Avant que son comparse ne prenne la parole, Mériale lui fait remarquer.


- Au moins reconnait-il que la décision de Dèbre de prendre un autre chemin est une erreur. C'est déjà cela... J'ai bien peur que les brigands ne soient déjà en train de nous attendre bien tranquillement et qu'ils nous tombent dessus à bras raccourcis au moment où le convoi sera le plus compliqué à défendre.

Alors qu'elle termine sa phrase, Tancrède lui fait un aveu qui la fait stopper net sur le chemin. Elle le regarde avec des yeux ronds.

- Un lycanthrope ? Souffle t-elle.

Un frisson lui parcours l'échine tandis qu'elle baisse un peu plus la voix pour continuer.

- Tu te rend compte de ce que tu viens de me dire, Tancrède ? Il pourrait attaquer n'importe qui, dévorer un enfant ou que sais-je encore ? Le garder si proche des gens, c'est prendre un risque terrible, tu en es conscient ?

Elle fixe ses yeux clairs dans ceux du nordique.

- Dis-moi que tu lui fais suffisamment confiance pour le laisser déambuler ainsi parmi des gens innocents. S'il te plait, Tancrède, rassures-moi.

Elle ne peux s'empêcher d'imaginer les horreurs qui pourraient être perpétuées si l'Uthgardt venait à perdre le contrôle de lui-même. Elle en frissonne, malgré elle.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 21
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Mer 11 Juil - 22:33

Tancrède s'apprêtait à peser ses mots : jamais il n'avait vu Mériale à ce point bouleversée. Lui-même s'était, tout bien réfléchie, plutôt bien accommodé de cette vérité troublante. Peut-être se voyait-il lui-même un monstre, fut une époque ? À moins que les circonstances de leur première rencontre - mutuellement blessés et traqués - l'avaient-elles poussé à le voir comme un compagnon d'aventure... Toujours est-il qu'il ne voulait pas choquer Mériale en répondant, très honnêtement :

"C'est un barbare du nord. Loup ou humain, il reste dangereux... Mais il ne s'en prendrait jamais à des enfants. Jamais, ça je peux te l'assurer. C'est..."

Il chercha un court instant ses mots :

"... interdit par son code de conduite. Le sien est très court, mais il ne le brise jamais."

Il se remit doucement en marche, à la suite de l'Uthgardt.

"En fait, je crois bien que c'est le seul interdit qu'il respecte."

Pendant ce temps-là, Morlun embrassait le décor du regard comme l'avait fait Malvis Dèbre quelques temps plus tôt. Il donnait l'impression de prendre cela à la légère ou de ne pas savoir s'y prendre, à l'instar du gros marchand, cependant Tancrède - et Mériale désormais au courant de sa véritable nature - notait sa démarche beaucoup trop souple, ses mouvements de bras trop assurés, son regard trop acéré pour un simple voyageur sans entraînement.

Il se retourna, son air jamais très aimable vaguement narquois :

"Eh bien, vous en avez mis, du temps ! La sécurité de tous ces braves gens dépend de nous, je rappel ! Vous deviez avoir quelque chose de vraiment important à vous dire..."

Il porta un index à son oreille. Pour Tancrède, le message était clair : "Tu sais très bien que j'entends mieux que vous. J'ai tout entendu.". Bluff ou vérité ? Tancrède n'avait jamais su jusqu'où s'arrêtait l'homme et commençait le loup...

Toujours est-il que vrai ou faux, Morlun agissait comme si les accusations (Et le regard.) de la fermière lui glissaient dessus sans effet aucun.

Un instant de calme dans la marche leur permit de discuter :


"En fait, tu ne m'as pas dit clairement ce que tu faisais dans la région ? Commença Tancrède. La dernière fois que l'on s'est vu remonte à des mois... et des kilomètres !

-Oui c'est vrai, le Chessenta ! Comme tu t'en doutes, je voulais me faire discret pendant un temps... Si nous nous sommes croisé, c'est le hasard complet, je te le jure !

-Et maintenant ?

-La chasse."

Cette réponse ambiguë fut la conclusion de la question.

Après un certain temps, des murs de pierre naturels apparurent.


"Ah, voilà la passe dont le gros homme parlait... Ouvrons l’œil, et le bon !"
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Mar 17 Juil - 21:04

Mériale regarde Tancrède reprendre sa marche. Il fait quelques pas devant elle avant qu'elle ne se décide à se remettre en route et à le suivre. Bien qu'il ne puisse le voir, le regard de la fermière est inquiet. La réponse du nordique ne la satisfait pas et pire que tout, elle ne la rassure pas le moins du monde. Elle fixe le dos de son comparse en fronçant les sourcils, contrariée. Voir son ami semblant si peu alarmé par le fait de savoir qu'une de ses connaissances est un lycanthrope, et constater qu'il se satisfait de savoir que ce dernier a comme ligne de conduite de ne jamais s'attaquer à des enfants la laisse perplexe. Elle observe Tancrède, s'interrogeant sur ce manque étrange de réaction de sa part. Elle secoue la tête, vraiment effarée en fixant le sol devant elle.

°° Je sais qu'il a vécu certainement beaucoup de choses avec Morlun mais tout de même... Comment peut-il rester si indifférent face au terrible danger qu'il fait courir aux gens de la caravane ? Et puis, il dit lui-même que Morlun ne devrait pas s'attaquer à des enfants mais que fait-il des adultes ? °°

Lorsqu'elle relève les yeux, elle se rend compte que Tancrède, qu'elle a rejoint, l'observe. Le rôdeur a perçu la désapprobation dans les yeux de sa comparse et hausse les sourcils d'un air interrogateur. Il va pour lui parler lorsque Morlun, qu'ils viennent de rattraper leur réplique :

- Eh bien, vous en avez mis, du temps ! La sécurité de tous ces braves gens dépend de nous, je rappelle ! Vous deviez avoir quelque chose de vraiment important à vous dire...

Le geste de l'Uthgardt, qui porte son index à son oreille, n'échappe pas à Mériale qui se raidit aussitôt et plisse les yeux. La fermière se demande alors si Morlun n'a pas entendu leur conversation.

°° Après tout, les loups ont une ouïe extrêmement fine. Je suppose qu'il garde cette capacité, même sous une forme humaine... °°

Elle se demande encore comment réagir lorsque l'Uthgardt répond à la question de Tancrède par :

- La chasse.

Cette fois, Mériale ne peut laisser passer et tout en parlant bas pour n'être entendu que de Tancrède et Morlun, elle s'adresse à lui d'une voix déterminée.

- Bien, mettons les choses au clair. Je sais ce que vous êtes et vous savez que je le sais car vous avez entendu notre conversation.

Elle fixe son regard dans celui de l'Uthgardt pour y déceler le moindre signe de mensonge.

- Je désire savoir si vous êtes capable de vous contrôler et de ne pas attaquer une personne de ce convoi en toute connaissance de cause.

Elle montre les chariots et les gens dessus ou marchant à côté.

- Si votre réponse est positive, alors tant mieux. Mais si votre réponse est négative, alors, je vous demanderais de quitter ce convoi au plus vite. La sécurité des gens qui se trouve avec nous est la chose qui m'importe, pour l'heure.

Elle reste calme mais est prête à saisir sa lame au cas où et à réagir vite, si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 21
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Jeu 9 Aoû - 21:28

Pour des baroudeurs aussi expérimentés que les membres de notre groupe de héros, une telle discussion, une telle gestuelle ne pouvait permettre aucun doute : ce qui se jouait ici était dangereusement sérieux. Mériale avait trop de fois frôlé la mort pour se préparer à dégainer son arme à la légère ; Tancrède l'avait forcément remarqué.

Quant à Morlun, il rendait son regard à la fermière ; pour une fois, il ne s'amusait pas à ostensiblement la reluquer. Bien sûr, il gardait son air matois, à la limite du mépris complet pour son environnement direct, mais Mériale, habituée à définir rapidement qui était un ami et qui était un ennemi, remarqua que l'amusement se teintait maintenant de respect dans les yeux bleus de l'Uthgardt.

Bien sûr, quand il se détourna, ce fut pour reprendre son ton nonchalant et moqueur :


"Bien sûr que je peux me contrôler. Par Malar - Tancrède leva les yeux au ciel à l'évocation de ce nom - parce que je suis loup-garou on ne me fait pas confiance ? Je suis sans cesse discriminé, en ce bas-monde ! Demande à ce grand juge de la nature humaine qu'est Tancrède : les plus grands meurtriers ne sont pas des lycanthropes. C'est un grand spécialiste en la matière..."

Puis dans pas souple, il s'engagea dans le défilé.

Tancrède, quant à lui, tenta d'amortir le poids de la terrible vérité que le juron de son ami avait mis au jour :


"S'il adore Malar, c'est qu'il suit bien ses préceptes. C'est un croyant fervent, mais pas un fanatique du Cercle Noir : des marchands emmènent leur famille avec eux durant ce voyage... Jamais il ne toucherait à un enfant ou à une mère."

Cette facette du culte de Malar l'ayant toujours laissé perplexe, il espéra que son amie puisse le prendre sérieusement en compte.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Mer 15 Aoû - 21:52

La fermière-aventurière regarde s'éloigner l'Uthgardt avec des sentiments contradictoires. Sa bonne âme a entendu le message qu'il vient de faire passer. Il est vrai que les loups-garous sont aussitôt identifiés comme dangereux et à éliminer et qu'on ne s'interroge peut-être pas assez sur la personne qui se cache derrière la bête.

°° Après tout, je suppose que Morlun, comme souvent les personnes infectées par la lycanthropie, n'a pas demandé à devenir un être aussi dangereux...Quoique, vu le personnage, cela ne m'étonnerait qu'à moitié qu'il l'ai voulu. Dois-je le condamner d'avance pour cela ? Mais si je lui laisse une chance de me prouver sa bonne foi, ne risque t-il pas de s'en prendre à quelqu'un d'innocent ? Comment pourrais-je vivre en sachant que j'aurais fait l'erreur de lui faire confiance ? °°

Elle secoue la tête, réellement indécise sur la marche à suivre. Elle lance un regard à Tancrède, fronce les sourcils avant de parler d'une voix où pointe son désarroi.

- Je compte sur toi, Tancrède, pour surveiller les agissements de Morlun et me prévenir s'il a un comportement dangereux pour autrui. Il n'est pas question de le laisser faire du mal aux gens gratuitement. Je lui laisse le bénéfice du doute car je ne désire pas me montrer partiale mais crois-bien que je pars malgré tout mes efforts avec un gros à priori.

Elle soupire, pas très fière d'elle-même à ce sujet mais elle dit vrai quand elle énonce le fait qu'elle ne peux s'empêcher d'avoir des préjugés très forts vis à vis des loups-garous. Bien sûr, elle aussi a entendu des histoires racontées lors des veillées au coin du feu sur de "gentils" lycanthropes aidant les gens contre des créatures malveillantes. Mais, soyons francs, la majorité des histoires ne content que les horreurs commises par les loups-garous hurlant à Malar. Laissant là, ses pensées qui risquent de dévier sa concentration, elle reprend sa surveillance des alentours, persuadée que l'attaque ne va pas tarder à venir.

°° Heaum, protégez les innocents de cette caravane, Tymora, souriez-nous à tous. °°

Elle reste la main crispée sur son fourreau, prête à dégainer au moindre signe de malandrins. Elle n'a pas relevé le sous-entendu de Morlun à propos des pires meurtriers qui ne sont pas des lycanthropes. Elle connait Tancrède suffisamment pour lui faire confiance et ne pas le juger sur ses fautes passées. Elle sait qu'un homme peut changer et c'est aussi pour cela qu'elle laisse une chance à Morlun.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 21
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Dim 26 Aoû - 21:00

C'est donc silencieusement et attentivement que le chemin se poursuivit.

Intérieurement, Tancrède se permet un juron en Orque qu'il avait appris d'un prisonnier, ramené au village par son père. Morlun compromettait donc la paix où qu'il aille ? Innocemment, il était toujours poursuivi par les ennuis et il fallait s'en occuper avant qu'ils ne vous tuent, car les ennuis de Morlun n'étaient ceux de gens ordinaires. Lors, l'humeur sanguinaire, quelque peu jouisseuse et les sarcasmes incessant de l'Uthgardt pouvaient avoir raison de toute bonne résolution à son égard. À ce propos, Tancrède digérait douloureusement le sous-entendu de son ami ; la certitude profonde que Mériale l'avait compris et ignoré l'aidait à surmonter sa propre colère et amertume.

Dans un certain sens, il comprenait aussi que la présence du lycanthrope, qui se plaisait apparemment à blesser la bonne charité, coûtait à sa compagne d'aventure et pourrait même, si cela continuait ainsi, aller jusqu'à l'attrister.

Il fallait un événement pour palier à ce mauvais départ ; empêcher le groupe de rester dans de mauvaises conditions...

C'est en portant son regard sur le sol boueux que Tancrède remarque quelque chose qui briserait le silence, même s'il eut préféré un autre sujet de conversation :


"Une petite seconde." Prévint-il.

Il mit un genoux à terre et observa les traces de la caravane attentivement. Morlun, occupé jusque-là à humer l'air d'un air contrarié, se rapprocha pour examiner lui aussi le terrain.


"Une des caravanes a fait un écart très important, comme si le conducteur avait perdu le contrôle. Expliqua Tancrède. Voyons plus loin... Oui... Rien d'étonnant : si je vois ici un terrain piétiné, c'est sans doute parce que les voyageurs ont voulu rectifier la trajectoire de la charrette... Tout redevient normal après cela.... Mais alors... pourquoi y a-t-il un nouvel écart, plus net et plus long, celui-ci ? Et là, dans le fossé... C'est la caravane de Maruc !"

Pister ainsi le phénomène avait ralenti le groupe, et les derniers véhicules marchands avait maintenant tendance à les distancer. Mais Tancrède voulait s'assurer que son ami aille bien... ce que la main dépassant de sous un essieu brisé ne laissait pas présager.

"Par Torm ! Aidez-moi à le dégager !"
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Jeu 30 Aoû - 22:11

Mériale fronce les sourcils lorsque Tancrède explique ce qu'il voit sur le sol et se questionne à haute voix. Tandis qu'il piste les traces, la fermière jette un œil soupçonneux autour d'elle, s'attendant presque à voir surgir des broussailles une armada de gredins prêts à pourfendre la moindre personne passant à sa portée. Quelques secondes passent et rien ne bouge... Elle ne s'en détend pas pour autant, persuadée que l'attaque est imminente. Alors qu'elle scrute le moindre mouvement suspect et écoute de toutes ses oreilles, elle entend Tancrède s'exclamer.

- C'est la caravane de Maruc !

Elle détourne aussitôt la tête pour fixer le lieu où court le nordique et aperçoit à son tour le chariot de Maruc renversé. Elle hoquette de surprise et court à son tour pour aider son ami à soulever le lourd véhicule. Elle use de toute sa force, les muscles tendus à craquer sous l'effort, tout en interpellant l'Uthgardt.

- Morlun, tirez-le de là-dessous, vite !

Dès que Maruc est sortit de sous sa lourde prison, elle repose le chariot et se précipite vers le semi-orque, le visage inquiet, priant déjà intérieurement Ilmater d'avoir pitié de lui.

°° Aide-le, soutiens-le dans la souffrance qui doit le ravager. Ô Ilmater, aide-nous à pouvoir le soigner. Tymora, fais qu'il ne soit pas trop tard. °°

Elle saisit un manteau, un drap, n'importe quoi qui soit moelleux et qu'elle peut attraper du chariot renversé pour le mettre sous la tête de Maruc, en guise d'oreiller. Une fois qu'il lui semble à peu près installé comme il faut, elle l'examine attentivement, espérant que son état ne soit pas trop grave.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 21
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Sam 1 Sep - 22:20

En entendant la fermière lui donner un ordre, Morlun traîne des pieds pour la forme ; cependant, il n'a aucune envie de voir leur seul indice mourir sous ses yeux. Une fois avoir démontré son mécontentement, il s'applique à sauver le malheureux. Il faut dire que sa connaissance des herbes semble correcte, pour ce que Mériale peut en voir alors qu'il fouille dans ses sacoches et s'occupe des plaies du demi-orque. Pendant ce temps, Tancrède observe les environs et la fermière est remerciée de ses bonnes intentions par un Maruc miraculé :

"Mériale ! Merci, merci... Par les dieux, vous êtes là... Gémit-t-il alors que l'Uthgardt frictionne une blessure d'une mélasse verdâtre. C'est arrivé si vite ! Des brigands ! C'est à n'y rien comprendre... Ils n'étaient que trois. Personne ne les as vu dans le défilé. Ils ont surgi de nulle part... à proximité de la charrette de Delvis Dèbre, qui roulait en tête et avait fait un écart ! Je ne les intéressait pas : les peaux n'avaient aucune valeur à leurs yeux. Ce qui les intéressaient devaient être facile à transporter : légers coffrets à bijoux et biens finement manufacturés ! Mais je leur ai résisté : j'ai refusé de les laisser faire ! Puis ils ont disparu... On m'a laissé pour mort. Mais j'ai la peau dur, ah ah... aïe !

-Arrêtez de bouger, vous voulez bien ?

Grogna Morlun.

-Voilà. J'ai fait mon possible pour le moment, mais la meilleur chose à faire est d'aller lui trouver une âme charitable qui voudra bien de lui dans sa charrette. Je m'en charge. Vous deux, vous feriez mieux de continuer à chercher ; je vous rejoindrai."

C'était un vrai mystère. Les brigands s'étaient enfuient, emportant avec eux un butin facile à transporter mais ô combien précieux ! Peut-être y avait-il un moyen de savoir d'où les brigands avaient pu frapper ?

Tancrède revint enfin auprès de Mériale.


"Je sais qui a fomenté cette attaque. Annonça-t-il. Suis-moi, Mériale ! Nous allons le voir !"

Mais qui donc a bien pu se rendre responsable de cette opération criminelle ? Qu'est-ce qui permet d'identifier le fautif dans les propos de Tancrède et de Maruc ? Mériale avait-elle devinée, elle aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Mar 4 Sep - 21:04

En entendant Maruc se confondre en remerciement, Mériale lui sourit avant de le rassurer.

- Tout va bien, Maruc, calmez-vous. Restez allongé et reposez-vous pendant que Morlun va chercher des gens qui vont vous accueillir dans leur chariot pour quelques jours, le temps que vos blessures se cicatrisent.

Elle désigne le chariot renversé du doigt.

- Ne vous inquiétez pas pour votre chariot, on va le remettre en état et quelqu'un le conduira le temps de votre convalescence.

Elle écoute le récit de Maruc sur son agression et fronce les sourcils.

°° Les malandrins ont surgi à proximité de la charrette de Delvis Dèbre alors qu'il roulait en tête ? Et il a fait un écart ? °°

Elle lève la tête et regarde la charrette de Dèbre qu'elle voit arrêter sur le chemin.

°° Se pourrait-il que Dèbre soit de mèche avec les brigands ? D'après ce que dit Maruc, les trois malfrats pourraient même s'être cachés dans le chariot de Dèbre pour surgir au moment le plus propice pour voler des choses légères et surtout faciles à cacher. °°

Le regard de la fermière se fait soupçonneux tandis que ses poings se serrent.

°° J'espère me tromper car si mes doutes s'avèrent être la vérité, Dèbre est responsable de l'état de Maruc ! °°

Tandis que ses lèvres se pincent à l'idée que leur employeur puisse être en fait la tête pensante du groupe de brigands, elle voit Tancrède revenir vers elle d'un air déterminé.

"Je sais qui a fomenté cette attaque. Suis-moi, Mériale ! Nous allons le voir !"

Elle hoche la tête, recommande encore une fois à Maruc de rester allongé sans bouger le temps que Morlun ou elle revienne jusqu'à lui et se redresse pour suivre le nordique.

°° Voyons voir si mes soupçons sont avérés ou non... °°
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 21
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Lun 1 Oct - 21:52

Avançant d'un pas résolu, les deux compagnons étaient résolu à rendre justice.

Sans tarder, ils rejoignirent le gros de la caravane qui, ils s'en doutaient, étaient encore en émoi et avait perdu de son allure.


"C'est une honte, une catastrophe !" entendait-on de droite et de gauche. "Comment ces brigands ont-ils pu nous surprendre de la sorte ? Y aurait-il un traître parmi nous ? Impossible !"

Tancrède, comme Mériale, cherchait Malvis Dèbre des yeux. Il semblait s'être enfermé dans la caravane de tête.

"Ouvrez, Dèbre !" Appela le chasseur en tambourinant à la porte de bois. "Nous avons à vous parler !"

"Et moi je n'ai plus rien à vous dire !" Répondit la voix de Malvis Dèbre, rendu haut-perchée par la peur. "Vous avez laissé la caravane se faire dévaliser sans bouger le petit doigt ! Ne comptez pas sur moi pour la seconde partie de votre paye ! Laissez-moi tranquille avec les restes de ma fortune."

Tancrède eut un regard ennuyé vers Mériale. Le verrou de la porte sauta juste après.

"Que signifie cette intrusion ?" S'alarma le gros marchand.

Loin de s'affliger, il offrait plutôt le spectacle affligeant d'un gourmand désordonné faisant bonne chère. Tancrède interrompit le repas en saisissant Malvis par le col et le traîna au dehors.


"C'est bien ce que je pensais. Les traces ne mentent pas !"

Tancrède désigna les roues de la charrette. Des marchands s'attroupèrent aux cris de Dèbre.

"Regarde, Mériale ! Je t'avais dis avoir remarqué que les traces s'allégeaient ! Mais vois : elles sont désormais bien plus lourdes !"

N'y comprenant rien, l'assistance se contenta de faire "Oooh... !".

"Ce qui signifie..."

"Que tu aurais mieux fait de surveiller tes arrières, paysan !"

Un malfrat, poignard en main, était apparu à l'embrasure de la porte de la charrette de Dèbre.

"Maintenant, si tout ce beau monde pouvait rester tranquille pendant que je sauve mon patron..."

"Pan !" fit la porte dans le nez du brigand. Morlun s'était caché derrière. "Aaah... !" fit la foule ravie.

D'une séries de gestes lestes et rapides, l'Uthgardt escalada la charrette, ouvrit la trappe du plafond et, hache en main, sauta dans la mêlé. Des chocs sourds retentirent. Puis la porte se rouvrit et laissa tomber au sol un cadavre, duquel Morlun était occupé à extirper sa hache. Avec des cris apeurés, le reste des brigands - cachés dans la charrette depuis le début comme nos deux héros l'avaient compris - firent paniquer l'attelage qui, plus riche, était constitué de chevaux. Le véhicule s'enfuit à tout allure.

Un calme de courte durée s'installa ; de courte durée, car Malvis reprit de sa voix désagréable :


"Oui, je l'avoue ! C'est moi qui ai fomenté ce vol, profitant de ma réputation gagnée au cours d'une vie de labeur et de mes restes de fortune !

"Oooh... !"

"C'est à cause de la taxation injuste des Seigneurs Masqués d'Eauprofonde que j'ai dû monter cette affaire... Les brigands étaient mes associés, cachés dans ma charrette depuis le début, attendant que nous soyons engagés dans cette passe, les aventuriers éloignés, pour voler l'argent qui me manquait !"

"Aaah... !"

"Oui ! Et je serai devenu riche sans ces maudits aventuriers et leur idiot de..."


"Toc" fit le talon de Morlun contre le crâne chauve du marchand. "Blouf" fit le gros corps en tombant dans la boue.

"Quoi ? Je sais très bien qu'il vous ennuyait."

C'était Morlun. Il avait trouvé un cheval.

"Une affaire rondement menée."

"Tu pars déjà ? Ne restes-tu pas un peu avec nous ?"

"Cette caravane est trop lente, trop tranquille. Ce n'est pas mon aventure... Mais la chasse, ah çà ! Voilà qui mérite de voyager !"

Il adressa un salut à Mériale. Puis :

"Je connais des brigands qui vont avoir une surprise... Mais votre proximité m'ennoblit. Soyez assuré que je rendrais l'argent au village où vous devez faire halte ! Enfin... une partie !"

Et il partit pour de bon, au galop, et d'un grand rire.

"Nous lui devons une fière chandelle pour cette fois, mais je crains qu'il ne change jamais..." Soupira Tancrède en lui adressant un dernier signe de la main. "C'est toujours comme ça avec lui depuis que je le connais, même si de coutume je me retrouve avec..."

Il se retourna.

"... un cadavre sur les bras. Mmh. Qui va donc s'occuper de ce corps, maintenant ?"
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Lun 1 Oct - 21:55

Mériale fulmine en se rendant compte de la duplicité de leur patron.

°° L'immonde personnage, il n'aurait pas hésité à laisser tuer des gens pour renflouer son trésor personnel. °°

Voilà un comportement que la fermière ne peut comprendre. La vie est précieuse et l'éliminer pour de l'or est la pire des hérésies à ses yeux. Alors qu'elle pense cela et que Tancrède lui explique que les malandrins doivent se cacher dans le chariot de Dèbre, l'un d'eux surgit à l'entrée, poignard en main pour frapper. Mériale a un hoquet de surprise et s'apprête à parer le coup lorsque la porte du chariot se rabat violemment sur le brigand. Un boum sonore se fait entendre, prouvant que le malfrat, sonné, vient de tomber à la renverse dans le chariot.

°° Tant mieux, cela va créer une petite pagaille là-dedans, profitons-en pour... °°

Encore une fois, elle est prise de vitesse. Morlun saute avec la souplesse du chat sur le toit du chariot, ouvre la trappe du plafond et s'engouffre à l'intérieur. Aussitôt des bruits de lutte se font entendre, des cris, des choses qui se fracassent. Un homme s'approche de la porte du chariot, la curiosité l'emportant sur la peur, mais elle le retient et le repousse avec tact.

- Non, restez à distance, ces malandrins sont toujours dangereux.

A peine sa phrase terminée, l'homme recule, conscient soudain de la stupidité de son acte. Il regarde la fermière et lui offre un sourire contrit.

- Désolée, ma dame.

La porte s'ouvre à la volée et laisse apparaitre un homme couvert de sang qui lève encore sa dague. Mériale se met en mode défensif pour protéger l'homme curieux qui s'enfuit à toutes jambes. Mais cela n'est pas nécessaire, car le brigand s'effondre sur le sol, une hache plantée dans le dos. Morlun descend du chariot, récupère sa hache tandis que Dèbre, acculé, avoue son méfait sans aucune trace de remord.
Mériale est outrée de le voir si indifférent à ce qu'il a fait et se dit qu'une bonne correction ne ferait pas de mal à ce malotru. A croire que Morlun lit dans ses pensées car il ne laisse pas le temps au gros marchand de parler plus longuement. Un coup de pied bien placé envoie ce dernier dans la boue, assommé sur le coup.

Un sentiment de bien-être envahit la fermière en voyant cet être abjecte mordre la poussière, ou en l’occurrence la boue. Une sensation qu'elle regrette aussitôt.


°° Allons, il ne faut pas se réjouir du malheur d'autrui, même s'il ne l'avait pas volé. °°

Morlun, grimpe sur un cheval avant de partir en chasse pour rattraper les brigands qui ont réussis à s'enfuir. Mériale le salue d'un bref signe de tête et le regarde s'éloigner au galop, soulagée de le voir quitter la caravane.

°° Au moins, il n'y aura plus de risques qu'il fasse du mal aux gens du convoi. °°

Se tournant vers Tancrède lorsque ce dernier lui demande qui va s'occuper du corps du brigand, elle soupire avant de le sourire.

- J'ai bien peur que ce soit nous, mon ami.

Elle regarde les gens du convoi qui s'empressent de regagner leur chariot pour ne pas avoir à prêter main forte à l'enterrement d'un homme qui n'aurait pas hésiter à les tuer. Elle hoche la tête en voyant leur réaction.

°° Je ne peux pas leur en vouloir, je les comprends. Mais je ne peux me résoudre à laisser la dépouille de cet homme sans sépulture, quel que soit les méfaits qu'il a commis. °°

D'abord, elle s'occupe avec Tancrède de mettre Dèbre aux arrêts. Ligoté, pour ne pas dire saucissonné, il est remit promptement dans son chariot qu'elle et Tancrède conduiront jusqu'à Eauprofonde. Ils fouillent l'intérieur du véhicule pour récupérer les choses volées et les remettre à leurs propriétaires légitimes. Cette bonne action faite, ils creusent une tombe et enterre le brigand dont il ignore jusqu'au nom. Une fois la tombe refermée, Mériale reste quelques secondes indécise avant de parler.

- Ô Kelemvor, reçois l'âme de cet homme dont nous ne connaissons pas le nom en ton royaume. Nous le recommandons à ton immense bienveillance, amen.

La prière est simplissime mais Mériale ne peux guère faire mieux pour le malandrin. Elle regagne avec Tancrède le chariot de Dèbre et tout deux reprennent la route. Heureusement, Tymora semble leur sourire et la fin du trajet se fait sans heurts. A peine arrivés à Eauprofonde, Tancrède et elle remettent Dèbre et son chariot aux autorités avant de prendre quelques jours de repos bien mérités.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5425
Age : 50
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   Lun 1 Oct - 21:59

Après quelques jours de repos bien mérités dans la cité d'Eauprofonde. Mériale et Tancrède se rendent à la capitainerie afin de trouver un navire en partance pour Sécombre. Tymora leur sourit car un navire, "La naïade", lève l'encre le lendemain matin à la dixième heure du jour. Les deux compères profitent donc de leur dernier jour en ville pour acheter ce qui leur manque et admirer les divers endroits culturels qu'ils n'ont pas encore vu jusqu'à maintenant.

Le lendemain matin, ils embarquent sur un navire imposant où un équipage joyeux laisse deviner une grande complicité entre chacun des membres. Sur le pont, se trouve également d'autres personnes, des passagers comme eux-même. Dans un coin, près du bastingage, un homme d'une trentaine d'années, aux cheveux bruns impeccablement coiffés et vêtu plutôt richement, regarde avec une froideur implacable une femme de classe moyenne qui semble le supplier. La jeune femme a un peu moins de la trentaine et une beauté plus que certaine. Sa longue chevelure châtain flotte dans la brise tandis que ses yeux sont rougis par les pleurs.

Presque en face, de l'autre côté du pont, un homme aux petits lorgnons ronds d'une trentaine d'années discute à voix basse avec un nain à la barbe brune soigneusement tressée. La discussion semble tendue jusqu'à ce que l'homme, manifestement vaincu, finisse par hocher la tête avant de serrer la main du nain et s'éloigner. L'homme semble faire partie de la classe moyenne tandis que le nain, lui, est un bourgeois. Un sourire de contentement vient ourler les lèvres du nain qui se tourne vers le bastingage pour admirer les va et vient incessant des marins chargeant et déchargeant les marchandises sur les quais.

Un peu plus loin, deux hommes, l'un d'une soixantaine d'années environ aux cheveux gris parsemés, l'autre proche de la quarantaine portant ses cheveux blonds en chignon, discutent de façon cordiale avec un halfelin à la tignasse brune ébouriffée. Leurs vêtements les classent sans nul doute parmi la bourgeoisie.

Sur le pont, il y a encore deux hommes d'une trentaine d'années. Leurs vêtements martiaux mais communs ne laissent guère de doute sur leur milieu. Ils sont issus de la classe moyenne et sont certainement des mercenaires. Les deux hommes, tout en muscles, observent à la dérobée le nain et chuchotent entre eux.

Un homme à la stature de barbare du nord, la quarantaine bien passée, avec des cheveux aussi roux que sa barbe de quelques jours approche sur le pont. Il est accompagné par un homme de quarante ans qui lui ressemble beaucoup et d'un jeune homme de 20 ans, qui est de la même famille qu'eux, sans aucun doute. L'homme roux le plus âgé prend la parole. Sa voix grave est autoritaire sans être désagréable pour autant.


- La bonne rencontre, chers passagers, soyez les bienvenus sur "La naïade". Je suis Orphéos Écumeverte, capitaine de ce navire et voici mon second, Belfayeur Écumeverte, qui est aussi mon frère. Le plus jeune d'entre nous se nomme Henryss Écumeverte, c'est mon enseigne et mon fils. Henryss va vous montrer vos cabines. Je vous souhaite à tous une excellente traversée.

Le capitaine s'incline bien bas avant de remonter le pont pour prendre sa place, avec son second. Henryss fait un geste afin de réunir tout les passagers et pouvoir parler et être entendu de tous.

- Veuillez me suivre, je vous prie.

Il entraîne son petit monde dans un escalier qui dessert un vaste couloir lambrissé. Des portes de chaque côté, ouvertes, laisse voir les cabines qui se ressemblent toutes ou presque. Certaines possèdent un lit, une table de chevet, une commode, une table et une chaise tandis que d'autres contiennent deux lits, deux tables de chevet et une commode. Henryss aide chaque passager à s'installer au mieux avant de dire.

- Le déjeuner sera servi à la douzième heure du jour. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à monter sur le pont afin de me demander. Je serais ravi de pouvoir vous aidez.

Il salue courtoisement avant de remonter sur le pont. Les passagers s'enferment aussitôt dans leurs cabines respectives laissant Mériale bouche bée.

- Eh bien, j'ai l'impression que nos compagnons de voyage ne sont pas très enclins à bavarder. J'espère qu'ils se dérideront pendant le repas sinon la traversée va nous paraître plutôt longue.

La douzième heure sonne lorsque Tancrède et Mériale entre dans la salle à manger du navire. Les autres passagers sont déjà présents et quelques minutes plus tard, c'est le capitaine qui fait son entrée. A peine assis, il prend la parole.

- Je serais ravi de connaitre vos noms à tous, si vous le voulez bien. Je trouve que cela aide à créer une ambiance conviviale.

Il invite la seule dame autour de la table à commencer. La jeune femme a encore les yeux rouges mais elle ne pleure plus. Elle sourit timidement avant de se présenter.

- Je me nomme Elzina Ondeverte.

Le capitaine laisse quelques secondes à Elzina pour dire autre chose. Quand il est évident qu'elle n'a pas envie de se livrer plus que cela, il passe au suivant. L'homme qu'Elzina semblait supplier sur le pont se présente à son tour.

- Je suis Aldon Soiedor, marchand d'étoffes à Sécombre, enchanté.

Il sourit, mais son regard reste triste, comme s'il souffrait intérieurement. La présentation continue avec celle du nain.

- Mon nom est Khondar Lamefer et je suis juge à la cité de Sécombre.

La façon pompeuse dont il donne sa profession montre combien il se sent supérieur aux gens qui l'entoure. Mériale grimace discrètement, elle n'aime guère les gens qui se prennent pour le nombril du monde. Vient ensuite l'homme qui parlait avec le nain.

- Je suis Aldym Vertbéryl, scribe-copiste d'Eauprofonde. Je me rend à Sécombre pour faire quelques copies de manuscrits du temple d'Oghma. Ravi.

L'homme offre un bref sourire mais son regard reste assez froid. Les suivants sont les deux hommes et l'halfelin qui discutaient ensemble. Le plus âgé présente les autres.

- Je suis Gaédyn Montgris, juge de Sécombre, et voici mes deux collègues : Le juge Evendur Boisdoré et le juge Dalabrac Dardragon (l'halfelin).

Les trois juges sourient tour à tour. Dalabrac l'halfelin regarde Tancrède et Mériale avec bienveillance tandis que les deux autres ont un regard plutôt hautain. Enfin les deux derniers se présentent à leur tour.

- Je suis Felros Chopebrune et voici mon co-équipier, Nissrim Courbelame. Nous sommes des lames à louer.

La brève présentation de Felros et le silence de Nissrim montrent que les deux hommes n'ont pas envie de se dévoiler. Le repas est excellent et l'ambiance est assez conviviale grâce au capitaine qui narre avec délectation les petits travers de son équipage et les bévues qu'il a pu faire. Son sens de l'auto-dérision lui permet également de régaler ses convives des nombreuses maladresses et bêtises qu'il a lui-même faites dans sa vie. Mériale rit de bon ainsi que les autres convives. Le déjeuner terminé, le capitaine invite ceux qui le veulent à passer au salon. En effet, un boudoir aux fauteuils et banquettes confortables jouxte la salle à manger et offre un lieu où déguster des digestifs et où bavarder tranquillement.

Le capitaine s'excuse de ne pas pouvoir rester et vous quitte pour retourner sur le pont. Toutefois, avant de sortir de la pièce, il vous affirme d'une voix solennelle.


- Je serais présent ce soir, après le dîner. Nous dégusterons des digestifs ensemble, c'est promis !

Il fait un clin d'oeil et une petite révérence avant de s'éclipser. Mériale prend la parole la première.

- Notre capitaine est vraiment un homme charmant et plein d'humour, vous ne trouvez pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage vers Les Hautes-Landes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage vers Les Hautes-Landes.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le voyage vers l'ailleurs (quête dragon)
» Voyage vers Dol Amroth, l'héritage d'une lignée
» « Toute la vie n'est qu'un voyage vers la mort. » - Gian.
» Voyage vers Opertale !
» [Au-Delà du Mur] Voyage vers l'espoir - Hermine / Hilda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masterole :: Les tables :: Royaumes oubliés - Tancrède et Mériale-
Sauter vers: