Forum sur les jeux de rôles
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En route pour la Porte de Baldur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: En route pour la Porte de Baldur.   Sam 5 Nov - 21:53

La vingtième heure du jour sonne au clocher de la chapelle de Blasus quand Tancrède et Mériale arrivent enfin à l'auberge. Le chemin de retour a été long et c'est avec plaisir que le duo s'attable devant un bon repas. Au cours du dîner, la fermière invite le rôdeur a passé quelques jours chez elle avant de repartir vers la cité de Mordulkin. Le lendemain matin, les deux compères sortent du village, direction la ferme Ambrepierre.
A leur arrivée, les filles de Mériale les accueillent avec joie et les quelques jours qui suivent aident les deux amis à se requinquer. Un matin, Mériale reçoit un parchemin écrit de la main de sa mère, Lurinda. Elle lui demande son aide pour une affaire importante qui concerne son frère aîné, Blairil, et la prie de venir au plus vite au village de Boisroussi.

La fermière décide de répondre positivement à la demande de sa mère et lui écrit une missive pour la prévenir qu'elle va venir aussi vite qu'elle le peut. Avec l'aide du rôdeur, elle élabore un plan de voyage grâce aux cartes des royaumes qu'elle possède et qui lui vienne de son défunt mari, Philianir, l'ancien aventurier. Elle laisse ses filles aux commandes de la ferme et s'empresse de faire son bagage pour gagner la cité. Tancrède lui offre son aide et elle l'accepte avec gratitude. L'idée de faire le voyage avec un ami l'aide à garder bon moral.
Le duo gagne rapidement la cité de Mordulkin et s'embarque sur un navire marchand céréalier, "L'épi de Chauntéa", en partance pour la cité de Cimbar. Ils quittent la baie de Chessenta quelques heures plus tard pour un périple de deux jours sur la mer des étoiles déchues. A bord, les compères paufinent un peu plus leur itinéraire de voyage pour aller au plus vite sans pour autant prendre des risques immodérés.

Cimbar est en pleine liesse lorsque Tancrède et Mériale y débarquent. La cité est connue pour encourager les arts et tous les ans, elle organise en même temps un festival en l'honneur de la déesse Liira et un autre en l'honneur du dieu Milil qui dure une bonne dizaine. Les quais du port sont décorés de fleurs et de banderolles de tissus colorés tandis que des artistes chantent et dansent, offrant un spectacle joyeux à toute la population. Les deux aventuriers ont bien du mal à trouver un navire pour continuer leur périple. Il leur faut trois jours pour réussir à dénicher un capitaine qui accepte de les mener jusqu'à la cité portuaire d'Alaghon.

Le navire, "La sirène", part sous les chants des habitants et gagne la pleine mer. A bord, Mériale fait une offrande à la déesse Umberlie pour qu'elle ne déverse pas sa colère sur le bateau et prie Tymora de lui sourire. Leur première escale, un jour et demi plus tard, les amènent à Airspur. La cité a une particularité qui saute tout de suite aux yeux du duo : elle possède un nombre élevé de semi-orques.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Sam 5 Nov - 21:54

Ils repartent assez vite mais sont forcés, deux jours plus tard, de s'abriter dans une crique de l'île de Sapra pour échapper à la fureur d'Umberlie et à une mer déchainée. Mériale peste intérieurement contre le caractère imprévisible et colérique de la déesse qui retarde leur voyage mais ne peut rien y faire. Enfin, la tempête se calme et le navire peut reprendre son itinéraire. La mer reste toutefois houleuse et il faut deux jours entier au capitaine pour rejoindre la cité d'Alaghon. Sur les quais du port, Mériale s'amuse de voir les ribambelles d'enfants jouer à cache-cache entre les caisses de bois et les sacs de marchandises entreposés sur le sol. Elle repense à ses filles et sent une bouffée de nostalgie l'envahir. Elle chasse bien vite ce sentiment déprimant et entreprend, avec l'aide de Tancrède, de trouver une nouveau bateau en partance pour la cité de Mantétoile.

Un navire marchand transportant du poisson séché, "L'écaille d'argent", s'y rend justement. Les deux acolytes paient leur place et s'embarquent pour trois jours et demi d'enfer où ils ont des hauts-le-coeur et sont malades à cause d'une mer démontée et de l'odeur pestilentielle qui règne à bord.  
Ils arrivent au port de Mantétoile, déshydratés et affaiblis, et doivent se reposer durant une bonne dizaine dans un hospice du temple d'Ilmater pour se remettre sur pieds. Quand la santé leur revient, ils reprennent leur périple et s'embarquent à nouveau en tant qu'aides sur un navire qui transportent des chevaux, "L'étalon". Le navire lève l'ancre direction la cité de Teziir. En chemin, une escale est faite à Port-Ponant mais le duo, connaissant la mauvaise réputation de la cité, préfère ne pas débarquer et reste à bord. Trois jours plus tard, s'en est fini du voyage en mer. Tancrède et Mériale débarquent au port de Teziir et vont pouvoir continuer leur périple sur la terre ferme. Il leur aura fallut pratiquement 16 jours pour atteindre Teziir.

Le duo intègre une caravane qui part pour la route marchande vers la cité d'Iriaebor. Ils ont la chance de partager une place dans un chariot avec un nain cuisinier charmant, Roérion Forgefer, qui passe son temps à raconter les aventures épiques de son grand-oncle Daérin, un grand aventurier, et de son groupe de guerriers nains. Avec de petits arrêts pour le ravitaillement aux cités d'Elversult, Priapurl et Estant, le trajet se fait en 12 jours. Le temps de faire connaissance et de sympathiser avec bon nombre des gens de la caravane.
A leur arrivée, les deux compagnons n'ont aucun mal à trouver une autre caravane qui part le jour même pour la cité de Bulborp. Juste le temps pour eux d'acheter quelques effets qui leur manquent et ils repartent sur la route. Cette fois, ils sont à pied comme bon nombre d'autres voyageurs car les charettes sont pleines. Ils font halte avec le reste de la caravane à Asbravn puis Hluthvar avant d'atteindre Bulborp, 6 jours plus tard.


Dernière édition par Nath le Sam 5 Nov - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Sam 5 Nov - 21:56

Mériale apprécie l'accueil chaleureux des habitants, majoritairement halfelins et gnomes, qui les aident à tracer leur itinéraire en l'absence de route fréquentée. Il leur faut passer par le nord-ouest, entre les collines du Serpent et le marécage de Chélimbre et prendre la direction de la cité de Llorkh. Ils achètent des chevaux, refont leurs vivres et partent par un matin brumeux et frais. Durant 6 jours, ils parcourent des plaines puis des collines, évitant le plus possible les fumées annoncant des campements ou préférant dévier de leur route lorsque des traces de monstres vont dans la même direction qu'eux. Enfin, ils arrivent à Llorkh mais n'y reste que le temps de se ravitailler. Les rumeurs de la cité faisant mention de la présence de zenths, ils préfèrent ne pas traîner et reprennent vite la route.

Deux jours plus tard, ils arrivent à Eauforte et s'y reposent durant une journée avant de repartir. Le voyage est de plus en plus difficile car la cadence est rapide et la fatigue s'accumule. Encore deux jours et les voilà à Sécombre. Les pêcheurs de la cité leur permettent de se délecter de délicieux poissons frais pour leur repas, ce qui aide à leur redonner un peu de force. Ils reprennent la route et atteignent Rougemélèze quatre jours plus tard. Mériale est épuisée mais aussi heureuse car ils ne sont plus très loin de son village natal. Ils mettent une journée pour arriver à Triverrat puis deux jours pour enfin atteindre le village de Mériale : Boisroussi.
Il leur faut une bonne dizaine pour récupérer de leur long périple. Leur long voyage aura durer 52 jours.

La mère de Mériale explique alors que son fils aîné est partit il y a maintenant 4 mois pour la cité de Padhiver pour faire le marché comme il le fait depuis toujours. Il n'en est jamais revenu. Le père de Mériale, Izran, est partit à son tour pour tenter de retrouver son fils. Il a prévenu la milice de la cité qui a mené l'enquête et trouver quelques éléments troublants. Interrogés, les gens du marché se sont souvenus que Blairil, d'ordinaire si jovial et prompt à discuter, semblait soucieux et peu enclin à bavarder, ce jour-là. Ils se sont souvenus également de la venue de 2 hommes à son étal qui ont discuté avec lui un petit moment avant qu'il ne les suive d'un air contrarié.

La description des 2 hommes est assez précise : le premier est un homme basané de type calishite, à la stature fine, d'une quarantaine d'années environ, aux cheveux et à la barbiche noir. Il est borgne et porte une sorte de diamant bleu à la place de son oeil droit. Le second est un homme de grande taille à la stature massive d'une trentaine d'années à peine. Il a le crâne rasé, et comme le premier est de type calishite. Il porte un tatouage représentant une arène avec des gladiateurs en train de se battre sur le crâne. L'enquête a révélé que les deux hommes accompagnés de Blairil avaient quitté la cité le jour même. Le trio serait partit avec une caravane marchande pour la Porte de Baldur. La milice de Padhiver a arrêté là son enquête et Izran a décidé, malgré les supplications de son épouse, de partir à la recherche de son fils. Cela fait 3 mois aujourd'hui et ni lui ni Blairil ne sont revenus depuis.

Effrayée et terriblement inquiète du sort de son mari et de son fils, Lurinda s'est résignée à écrire à sa fille pour lui demander de l'aide. Mériale rassure sa mère et lui promet de faire tout son possible pour retrouver son père et son frère. Tancrède et elle partent quelques jours plus tard pour la cité de Padhiver. Ils passent par la milice de la ville afin d'avoir des précisions sur la caravane marchande avec laquelle Blairil est partit. C'est une caravane régulière qui est commandée par le capitaine Dorn Boisdargent, un homme affable et juste qui frise la cinquantaine d'années. Malheureusement pour le duo, la caravane est déjà repartie depuis 5 jours. Il ne leur reste plus qu'à emprunter le même chemin. Grâce à la vitesse de leurs chevaux, ils atteignent La porte de Baldur une dizaine de jours plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Dim 18 Déc - 4:46

La Porte de Baldur ! La Porte de Baldur ! Sur les lèvres de cent historiens et dans les cœurs de cent fois plus d’aventuriers à travers l’Histoire ! Ville riche sur les pavés de laquelle se déroulent mille histoires, et sous les pavés de laquelle se trament mille fois plus de complots… Cité prospère, joyau du Mitan de l’Ouest, cité…

- … en ruine.


Annonça Tancrède sans plus de préambule.
Cela faisait maintenant cinq jours qu’ils avaient dépassés le village de Borcolline. Et là, du haut de l’éminence d’où ils pouvaient contempler les champs entourant l’objectif de leur voyage, la terrible vérité s’imposait à eux.


- Qui a bien pu rassembler suffisamment de partisans assez fous et téméraires pour attaquer la Porte dont dépend toute le pays alentour ? Il y là quelques monstruosités à l’œuvre… Restons sur nos gardes. Les choses auraient pu bien changer depuis mon dernier passage.

Mais la source des marchands et badauds ne semblaient pas s’être tarie, bien au contraire : bien vite, Tancrède et Mériale se retrouvèrent englués dans l’interminable file menant à la porte principale de la cité. En piteux état.
Prenant son mal en patience, Tancrède apostropha un homme en armure de cuir clouté, le rouge et le noir de la garde de la ville étant représenté par un foulard passé autour du cou.


- Olah, garde ! Qu’est-il arrivé à la Porte de Baldur ?


L’autre le regarda avec des yeux fatigués :

- D’où venez-vous, pour ne pas avoir été mis au courant ?

- De Padhiver.

- Si loin ? Bah ! Sachez, Nordique, que Mordoc Selanmere, le terrible vampire, a récemment fait main basse sur la ville… Mais un groupe d’aventuriers déterminés l’a renvoyé dans les abysses et a rendu leur liberté aux habitants de la ville. Moi-même, j’étais en voyage à ce moment-là, mais demandez aux autres : ils étaient morts, et les voilà de retour…

- Comment cela ?

Mais Tancrède n’eut pas le temps d’en apprendre plus : un petit garçon, de sept ans à peine, venait de le bousculer et se préparait à filer entre les jambes du garde…

[Test de Dextérité DD 15_Résultat = échec critique !]

… laissant Tancrède, déséquilibré, s’étaler de tout son long sur le sol !


- Oh, malheur !

S’écria le garde en échouant à rattraper le jeune garçon.

- Vous avez vu ça ? Vous en êtes quitte pour la perte de votre bourse ! Je connais ce garnement, mais impossible de l’attraper une fois qu’il a rejoint les ruines périphériques !

- Les ruines périphériques ?

Demanda Tancrède d’un air sombre, en se relevant, constatant la perte de son or.

- Celles que l’attaque de Mordoc a laissées tout autour de la Porte de Baldur ! Ah, je suis navré…

Puis, avisant une dispute un peu plus loin en arrière :

- Eyh, vous là-bas ! Du calme ! Faites reculer votre chariot !

Il disparut dans la foule.
Tancrède se massa l’épaule gauche, celle qui avait heurtée le sol, et dit à Mériale :


- Si nous allions visiter les faubourgs de cette ville ? Quelque soit l’époque à laquelle je la visite, la corruption est toujours aussi visible !


Le chasseur ne parlait évidemment pas que du gamin, mais Mériale ne le comprit peut-être pas…

- Je ne devrais avoir aucun mal à le retrouver. Je suis dans mon élément, ici…
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Dim 18 Déc - 5:06

Voir une grande cité comme la Porte de Baldur réduite à l'état de ruines laisse Mériale ébahie. Comme le rôdeur, la fermière se demande quelle catastrophe la cité a bien pu subir pour se retrouver dans un état si pitoyable. Lorsque Tancrède se renseigne auprès d'un garde, la réponse que ce dernier leur apporte la fait frissonner. Un vampire ! La cité a été attaquée par un vampire. Les légendes parlant de ces monstres sont nombreuses et l'idée que l'un d'eux puisse avoir été présent dans les parages lui fait dresser les cheveux sur la tête... ou presque.
Encore sous le choc de cette déclaration, elle ne réagit pas assez vite quand le bambin percute son ami pour lui voler sa bourse avant de détaler comme un lapin.

L'événement aurait dû concentrer ses pensées sur la poursuite du petit voleur mais les paroles du garde lui restent en mémoire et elle n'arrive pas à passer outre. Elle aide Tancrède à se relever tout en lui demandant d'une voix inquiète.


- Que voulait dire le garde par ils étaient morts et les voilà revenus ?

Elle a bien une petite idée sur le sujet mais elle préfère l'écarter promptement. L'idée de se retrouver face à face avec la progéniture que le vampire aurait pu laisser derrière lui avant d'être occis ne l'enchante guère.


°° Peut-être n'est ce pas ce que je pense ? Ils ont pu être ramenés par des prêtres ? °°

Cette pensée ne la rassure pas. Elle tente de fixer son esprit sur la poursuite du voleur même si elle n'a soudain qu'une envie : tourner les talons et fuir cette cité au plus vite. La pensée de son frère et de son père toutefois la retient.

°° Non, je ne dois pas me laisser prendre par la peur que ces monstres peuvent engendrer. Blairil et père sont ici, quelque part, et nous devons les retrouver. Dieux aidez-nous car nous allons en avoir bien besoin. °°

Tachant de remonter un peu le moral de Tancrède, Mériale le rassure de sa voix douce.

- Ne t'inquiète pas, j'ai un peu d'argent sur moi...au cas où nous ne retrouvons pas le petit malandrin rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Ven 30 Déc - 5:11

Tancrède acquiesça, reconnaissant.
Avec leurs maigres bagages, ils n’eurent aucun mal à sortirent de la foule de marchands, badauds et visiteurs de passage, empêtrés dans la file avec leurs valises et autre char à bœufs.
Le chasseur préféra opter pour un cercle suffisamment large pour éviter tout contact avec les habitants de la ville avant de rejoindre les « ruines périphériques ».
Avançant tranquillement dans l’herbe verte des plaines avoisinante, Beormus se tourna vers sa compagne d’aventure :


- Il s’est passé dans cette ville des choses plus étranges qu’à l’ordinaire… « Ils étaient morts, et les voilà de retour », en voilà une manière étrange de résumer ce qui s’est déroulé ici ! Arrêtez-moi si je me trompe, mais je n’ai vu la moindre trace de morts-vivants parmi les gardes, et pourtant, c’était eux que l’on désignait…

Tancrède ne parla pas de ce qu’il pensait trouver dans les ruines périphériques. Mis à part des ruines, bien entendu. Il savait parfaitement ce qui s’y terrait : la lie de la lie, les pauvres sans le sous et ce qui restait de leur famille, les prostituées et leurs maquereaux, les tueurs à gages, un noble venu s’encanailler… Mais il fut surpris.

- Par Torm !

Ne put-il s’empêcher de souffler.
Les ruines périphériques portaient bien leur nom : le mur de la cité s’était tout simplement effondré. Vers l’intérieur de la ville, comme si ces fondations avaient été sapées en quelques secondes par une armée de Krutikh. Ces débris étaient si nombreux que, même s’il ne parvenait pas à dépasser en hauteur certains édifices épargnés de peu par la catastrophe, tapissait le sol pour en former comme un deuxième, dur et rocailleux. Ce qui étonnait le chasseur, c’était aussi le fait que les habitants des lieux, quoiqu’invisible pour le moment, semblaient s’être adaptés à la situation : sol de débris égalisé, passerelle de bois reliant les charpentes mises à nues d’anciennes habitations éventrées… On eut dit une seconde ville dans la ville, une véritable Cour des Miracles. On y entrait le plus simplement du monde : en enjambant les restes du rempart.


- Restez derrière-moi. Conseilla Tancrède à Mériale. Vous allez à la rencontre de la Porte de Baldur comme je l’ai toujours connue.

Puis, murmurant :

- Ne vous y fiez pas… Ils sont là.

Et en effet, à peine eut-il enjambé les restes du mur de protection que les bruits révélateurs de vie se manifestèrent : là un appel courroucé, ci un gamin qui détalait à toute vitesse. Là le rire gras d’une quelconque ribaude, ci le gargouillis d’un clochard cuvant sa mauvaise piquette.
Si la lumière semblait fuir cet endroit, l’odeur, elle était au rendez-vous.


- Bien, maintenant, tâchons de retrouver ma bourse dans ce capharnaüm…

D’un pas nonchalant, Tancrède flâna aux côtés d’un ivrogne puant, qui apostrophait à peu prêt tout ce qui passait, et surtout ce qui n’existait pas. Il attendit quelques minutes, puis un pas rapide le fit relever les yeux. Exactement comme il l’avait prévu, un enfant âgé d’à peine dix ans détroussait l’homme saoul. Tancrède ne fit rien, prétextant ne rien voir comme tous ceux qui habitaient ce genre d’endroit. Puis, quand le gamin fonça vers lui pour échapper au coup maladroit de sa victime, la main gantée du Nordique s’abattit avec force en une formidable gifle qui plaqua l’enfant à terre, éparpillant son butin sur la pierre sale. Rampant comme un animal, l’ivrogne entreprit de récupérer ce qui lui appartenait… et qu’il avait, peut-être, volé le matin même.
Sans plus de douceur, Tancrède releva le garçon qu’il maintint fermement.


- Toi.

-Lâchez-moi !

-Ecoute-moi si tu ne veux pas t’en reprendre une !

Certes, l’enfant devait avoir l’habitude des menaces. Mais Tancrède avait dans la voix comme un rayon de dureté qui prouvait, sans les gestes, qu’il n’hésiterait pas à faire ce qu’il promettait. Le garçon se calma, se contentant de pleurnicher, sans aucun effet sur les impitoyables yeux acier qui le fixaient.

- Je cherche un gamin un peu plus haut que toi, roux, avec les yeux verts. Il avait une cicatrice sur le front.

Son prisonnier le regarda avec des yeux comme des soucoupes, dans lesquels se lisait une terreur qui n’avait rien à voir avec lui. Tancrède le compris bien et le relâcha, sans douceur, néanmoins. Le gamin détala.
Puis il se tourna vers le soulard, toujours occupé à, tantôt rester étaler sur le sol, tantôt ramasser ses piécettes. Il avait reçu l’aide d’une vieille femme en habit presque propre, quoique gris et usé.
Il se baissa pour ramasser une pièce de cuivre qui avait roulé sous sa botte et la tendit à l’ivrogne.
Celui-ci lorgna dessus, mettant un certain temps à comprendre ce que cela pouvait être.


- Aaah, merci mon pote ! Z’êtes ben brave d’avoir fait ça… Mais moi, foi d’Réguinche, j’y aurai remis un ou deux coups, vlan, alleeez donc !

- Je n’en doute pas.

- Dites, z’auriez une dernière pièce, pour aller boire un coup avec moi ?

- Navré : on m’a dépouillé à mon insu ce matin même.

L’autre roula frénétiquement des yeux pour montrer son mécontentement, brassant l’air de ses bras malodorants :

- Ah mais-hé, c’est-y pas une honte, ça, mon bon monsieur ! Voler un bon monsieur comme vous ! Moi, ch’uis ren qu’un clochard, mais alors vous, avec vos bonnes valeurs et vot’ bon cœur, mon bon monsieur… Donc, z’êtes là pour trouver quelqu’un ?


- Tout à fait.

Mais Tancrède se garda bien de parler de l’enfant roux, non : il donna le signalement des deux hommes avec qui était parti le parent de Mériale.
L’autre se concentra, puis :


- Désolé, mon pote, je vois pas. Mais j’ouvrirai l’œil, j’vous jure.

Ce faisant, il se recala contre sa couverture poisseuse et ferma ses paupières, bien décidé à terminer sa sieste.

- Voilà, la rumeur est lancée : nous avons été dépouillés par ces deux hommes, et nous voulons retrouver nos biens. Tout le monde sera au courant d’ici ce soir…
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Ven 30 Déc - 5:14

Mériale hausse les épaules montrant ainsi son ignorance.

- En effet, les gardes ne semblent pas être des morts-vivants. Pourquoi alors dire cela ? J'avoue que je ne comprend pas.

En approchant des ruines, la fermière sent son cœur se serrer. La bataille a dû être rude pour mettre les faubourgs de la cité dans un tel état de délabrement. Combien de gens ont péri dans cette bataille urbaine ? Combien de bambins se retrouvent seuls dans une misère sans nom ? Elle regarde de tout côté mais ne voit personne et cela l'inquiète.

°° Où sont-ils passés ? °°

C'est lorsqu'elle est en train de se poser la question que Tancrède lui dit de se méfier et que les gens sont là. Il a à peine terminer sa phrase que les bruits de la vie arrivent jusqu'à leurs oreilles. Elle regarde le pauvre mendiant malodorant qui gît sur une vieille pelure mitée qui lui sert de couverture et qui cuve sa vinasse en maugréant sur tous ceux qui passent à sa portée. Alors que son regard commence à partir un peu plus loin, un détail la ramène sur l'ivrogne au sol. Un gamin, qui se trouvait caché derrière le pauvre hère, se relève rapidement et fonce vers le rôdeur dans l'intention d'emprunter un passage avant qu'il ne le fasse lui-même.

Elle sursaute et pousse un petit cri quand la main de Tancrède vient frapper violemment l'enfant. Le bambin, sous la force de la gifle, tombe à terre, éparpillant son maigre butin. Mériale voit alors les quelques piécettes de cuivre que l'enfant vient de voler au mendiant et comprend alors ce qui vient de se passer. Elle serre les poings et laisse le rôdeur mener son interrogatoire sans intervenir. Elle ne comprend pas bien où il veut en venir lorsqu'il décrit les deux hommes ayant emmener son frère comme étant ceux qui l'ont volé.


°° Mais pourquoi dit-il cela au mendiant ? Pourquoi ne pas dire la vérité ? °°

Elle patiente le temps de s'éloigner un peu et demande alors.

- Pourquoi ce mensonge, Tancrède ?

Puis avant même que le rôdeur ne lui réponde, elle reprend.

- La prochaine fois que vous frappez un enfant devant moi, je me verrais forcer d'intervenir. Que ce petit garçon soit un voleur ne change rien à l'affaire, ce n'est qu'un bambin. Vous auriez pu lui faire peur aisément sans avoir besoin de le frapper comme vous l'avez fait.

Le regard de reproche de la fermière prouve combien ce geste l'a choqué et qu'elle ne plaisante pas lorsqu'elle dit qu'elle interviendra s'il recommence.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Dim 8 Jan - 1:40

Tancrède resta un instant silencieux, à écouter les réprimandes de sa compagne d’aventure. Diplomate, il hocha la tête :

- Je tâcherais de faire attention à l’avenir. J’ai la main qui vole facilement quand il s’agit de péchés.

Puis il l’attira dans un coin d’ombre moins nauséabond et poursuivit l’explication de sa révélation au clochard :

- Notre mission, maintenant, n’est plus de retrouver ma bourse. J’ai un contact ici qui pourra me dédommager sans problème ; il me doit bien ça… Mais s’il n’a pas survécu à l’attaque, peu importe : maintenant, tâchons de retrouver nos quatre hommes. Par Torm ! S’ils sont arrivés suffisamment tôt pour affronter la colère du Vampire, ils ne seront peut-être plus de ce monde…


Son regard passa par-dessus l’épaule de la fermière. Un gamin déguerpi en vitesse. Apparemment, il ne voulait pas être vu.
Ignorant le fuyard, Tancrède s’intéresse plutôt aux chocs sourds qu’il entend en haut d’un échafaudage de bois.


- Des chocs ? Allons voir !

Tancrède se précipite sur la passerelle penchée qui sert d’escalier, monte deux étages, prêt à sortir son épée pour arrêter… une vieille dame. La vieille dame en habits presque propres, quoique gris et usés.

- Oulah, jeune homme ! Rengainez donc ça, voulez-vous ? Pourquoi m’avez-vous prise ? Pour un assassin ?

Silence.

- Je pens…

Commença Tancrède.

- Oooh, je vous observe depuis votre arrivée ici. Vous êtes sur les nerfs. Lâchez votre épée, j’ai dit.

- Mmh.

Tancrède ne s’était pas rendu compte qu’il était resté crispé sur la poignée de son arme. Il se relâcha.
La vieille acquiesça de sous son fichu, se rapprocha et lui fila une pichenette sur le menton.


- Pétez un coup, mon grand vous êtes tout bleu.

Visiblement mal à l’aise, Beormus fut ébranlé par ces mots surgit des tréfonds de sa mémoire :

- Madame Borry ?

- C’est cela même, sacripant ! Alors, toujours aussi chahuteur ?

- Mais… et les coups ?

- Quels coups ? Ah, ces coups !

Elle se retourna donna un coup de pied à la porte en mauvais bois coincé dans ce qui était une ancienne fenêtre.

- Cette porte refuse encore de s’ouvrir. Ne restez pas planté là, et aidez-moi donc à l’ouvrir !

Tancrède s’exécuta, tout en envoyant un regard de détresse à Mériale, pour recevoir de l’aide afin de canaliser la pétulante ancienne.

- Oooh, mais vous êtes accompagné, à ce que je vois ! Un joli brin de fille, pas vrai, mignonne ?

Avec un sourire édenté un peu gâteux, elle se dirigea vers la fermière en tendant une main vers son visage. Sans doute une tape affectueuse comme celle que Tancrède avait reçu, Mériale étant libre de la subir ou pas…

- Elle a meilleur genre que la dernière, si tu veux mon avis…

-Nous ne sommes pas mariés, Madame Borry.

- Madame Borry, Madame Borry, on dirait que tu as encore dix ans ! Appel moi Ginette, comme tout le monde ! Qu’est-ce que tu marmonnais ? Je t’ai toujours dit que ce ton ténébreux ne prenait pas avec moi ! Alors, qu’est-ce que tu marmonnais, dis-le !

- Ginette, je vous présente Mériale Ambrepierre. Elle est originaire du Chessenta. Et vient retrouver un parent ici.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Mar 10 Jan - 0:37

Mériale frémit quand Tancrède évoque le fait que les deux hommes qui ont emmené son frère auraient pu ne pas survivre à l'attaque du vampire.

°° Et si Tancrède avait raison ? S'ils s'étaient retrouvés là au moment où le vampire et ses sbires ont attaqués la cité ? Blairil pourrait-il avoir été tué ? Ou pire pourrait-il être devenu un rejeton du vampire? °°

A cette idée, Mériale tremble intérieurement et refoule ses craintes au plus vite. Elle secoue la tête et rectifie ce que vient de dire le rôdeur.

- Ils ne sont que deux, Tancrède, les hommes qui ont emmenés mon frère, je veux dire. Et puis, il y a aussi mon père... Il a sans doute intégré une caravane pour venir ici. Il nous faudrait trouver le caravansérail de la cité pour pouvoir interroger les gens sur lui.

Tandis qu'elle parle, des bruits de coups se font entendre et elle suit le rôdeur pour découvrir, comme lui, une vieille femme. Elle écoute la discussion qui se fait entre Tancrède et la vieille dame et ne peut s'empêcher de pouffer de rire en entendant cette dernière demander au rôdeur de péter un coup. Elle sourit, comprenant que ces deux-là ne sont pas des inconnus l'un pour l'autre et soulagée aussi d'avoir un "contact" dans la cité. Elle s'approche et tend la main à la vieille dame, tout sourire, quand Tancrède la présente.

- Enchantée dame Borry. Je suis à la recherche de deux parents en fait : mon frère et mon père.

La fermière ne relève pas l'erreur volontaire ou non du rôdeur qui la dit originaire du Chessenta. Elle le questionnera sur le sujet une fois qu'ils seront seuls.

Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Lun 23 Jan - 1:11

Il faut bien se figurer le trouble dans lequel se trouvait Tancrède, coincé dans cette maison en ruine avec son passé.

Ce dernier était en effet pour lui, les lecteurs l’auront bien compris, source de souffrance. Il s’état protégé, blindé à son encontre, car il pouvait toujours resurgir ; sous la forme d’un assassin, par exemple, à l’instar de celui qui l’avait traqué jusque dans les montagnes des Hommes-Oiseaux. Mais son passé avait choisi un héraut bien particulier : une petite vieille rondelette et joviale, qui voyait encore en lui l’enfant… l’enfant… comment dire ? Moins psychorigide, moins renfermé, moins violent… Moins Tancrède tel que nous le connaissons, en quelque sorte ! Ses défenses habituelles incapables de le protéger face aux assauts de ses souvenirs à la fois touchant et douloureux, l’originaire des Hautes-Landes se retrouvait en proie à un grand trouble ; jusqu’à confondre les lieux de vie de sa compagne d’aventure… Alors que la vieille repartait à l’assaut, il jeta à cette dernière un regard un peu pathétique :


- Vous savez, je n’aurai pas cru qu’il deviendrait aventurier. Bien trop attaché à son village, là-haut, dans les Hautes-Landes et à sa famille… Comment s’appelait ce village, déjà ?

Tancrède se rendait compte que le secret dont il s’était entouré auprès de Mériale tombait en ruines sous les assauts joyeux de madame Borry. Il grogna, un peu boudeur, attitude qu’on ne lui connaissait pas :

- Nulle part.

- Nulle part ? Ih ih ih ! Il me semblait bien que ce nom était amusant… Mais asseyez-vous donc, prenez une chaise ! J’ai eu la chance d’en avoir trois pour moi lors des distributions… Je veille dessus jalousement. J’ai l’habitude, vous savez ? Je tenais un magasin d’alimentation générale, avant toute cette catastrophe, bien entendu… Alors avoir l’œil sur mes affaires, vous pensez bien ! C’est d’ailleurs là que j’ai rencontré Beormus. Je veux parler de Beormus père, Guillaume ! Un rude gaillard solide, qui ne quittait jamais son marteau… Ah, ce monsieur Beormus, quel homme il était ! Aimable et cultivé, avec ça, hein Tancrède ? Tu permets que je t’appel par ton prénom ? Ton père, ce n’est pas la même chose, ça restera toujours Monsieur Beormus pour mois, mais toi, le petit Tancrède tout pâlichon qui passait ses journées à lire le livre de la Congrégation de Torm…

- Ça ira, Ginette.

Hochant vigoureusement la tête (Comme si elle n’eut accepté aucun refus, de toute manière.), elle se retourna résolument vers Mériale :

- C’est bien pour ça que je ne le voyais pas devenir aventurier. Mais pensez-donc, mon regretté mari, mort il y a de cela une dizaine d’années, s’était bien lancé dans deux petites aventures avant de tomber entre les griffes d’une impitoyable sorcière… Enfin, c’est comme cela qu’il me décrivait à ses amis, bien sûr ! Ah, Bertrand, comme je le regrette, aujourd’hui…

- Kelemvor saura reconnaître un juste.

À l’évocation du dieu, Ginette roula des yeux :

- Oulah-lah, mais il ne faut pas dire ça ici, Tancrède. Malheureux ! Non, ah ! Malheureuse plutôt que je suis de ne pas te l’avoir dit tout de suite ! Toujours à parler des dieux à torts et à travers… Ne recommence pas ça ici, mon mignon, sinon, tu ne te feras pas d’ami.

- Comment cela ?

Tancrède était intrigué.

- Kelemvor n’est pas dans les bonnes grâces des habitants de la Porte ?

- Kelemvor ?

Elle siffla entre ses dents restantes.

- Si ce n’était que lui ! Mais non, non ! Ce sont tous les dieux qui sont mal vus en ce moment ! Ca a commencé dès après l’attaque du vampire… Une fois que les survivants sont… « revenus »… Mais vous savez ce qu’il s’est passé, n’est-ce pas ?

- En réalité, n…

- Non ? C’est ce que je pensais. Cet affreux vampire, Mordoc Selanmere, a bien failli détruire la Porte de Baldur en entier ! Quelle horreur… Il s’y est téléporté grâce à cette affreuse tour noire qui avait déjà causé tant de malheur au pays, il y a de cela quelques années… Ca a créé une sorte d’impulsion ; un sort maléfique qui a irradié la ville. Enfin, c’est ce qu’on m’a dit, parce que j’étais alors en visite à la campagne. Si certaines personnes sont mortes et sont devenus des…

Elle trembla un peu.

- Des morts-vivants, d’autre ont simplement changés. Oui voilà, c’est le mot, changés. Ils étaient blancs comme neige et semblaient mauvais au plus haut point… Une fois que des aventuriers ont vaincus Mordoc et brisé la magie maléfique qui maintenait les habitants de la Porte de Baldur en cet état déplorable, les « changés » sont revenus à eux-mêmes. Enfin, la plupart ont bien vécus la transformation… Et d’autres non. On dit que Mordoc leur a arraché leur âme, et qu’elle serait revenue de force dans leur corps après sa mort. Mais comment vivre normalement après ça ? Certains font des crises d’angoisses aiguës, d’autre sont poursuivis la nuit par d’affreux cauchemars…

Elle baisse la voix et se penche vers eux, comme si elle avait peur d’être entendue :

- On dit que leurs âmes ont été sorties du « circuit » traditionnel. On dit que Kelemvor n’a plus de pouvoir sur eux et qu’ils doivent trouver rapidement un moyen de se préparer un au-delà meilleur, sous peine d’atterrir dans le Néant, ou pire encore. On dit que les dieux les ont abandonnés.

- Qui ça « on », Ginette ?

Elle s’humecta les lèvres, visiblement inquiète.

- La secte de la Pierre Vivante.

Le poids de l’âge semblait rattraper la vieille dame.

- Ils endoctrinent les jeunes, ils tuent ceux qui leurs résistent… Ils ont fait des bordures de la ville un coupe-gorge, empêchant la garde de pacifier l’endroit. Les secours étaient détournés, eux aussi… Seuls le prêtre de la Congrégation de Torm, à proximité des ruines, avait encore le courage de venir. Mais…

Elle secoua la tête.
Puis, se levant, elle sortit de sous sa paillasse un morceau de tissu enroulé autour d’un instrument semblable à une épée.


- C’était son arme. Je l’ai gardée précieusement après l’avoir trouvée dans les canaux… C’est tout ce qu’il reste de lui ; on a rien trouvé d’autre.

Tancrède prit l’arme qu’on lui tendait. Il baissa la tête, et murmura une prière.

- Gardez-là. Vous en ferez bien meilleur usage que moi. Parce que… vous allez nous aider, n’est-ce pas ? On ne veut pas finir sous la coupe d’une minorité d’illuminés… Personne ne réagit parce qu’ils ont peur, mais vous, Tancrède… Vous n’avez pas peur, n’est-ce pas ? Et vous non plus mademoiselle ? Vous êtes aventurière, une brave aventurière, hein ?

Mais ni l’un ni l’autre n’eurent le temps de répondre. Des coups sourds résonnèrent contre la porte.

- Ce sont eux ! Chuchota précipitamment Madame Borry. Les hommes que vous cherchez, ce sont les recruteurs de la secte… Ils viennent me voir pour prendre du bon temps ; ils n’osent pas montrer qu’ils gardent les provisions pour eux, alors ils les stockent chez moi et viennent en « visite de courtoisie » récupérer leurs biens… Cache l’épée, cache l’épée ! Oh mademoiselle, Tancrède ! Si vous voulez sortir, il y a une trappe par le toit !

-Alors, ça arrive ?

Tonna une voix au-dehors.

Ginette bondit de sa chaise.

- C’est la porte, elle reste coincée ! Je viens, je viens…

Tancrède dissimula l’épée en l’accrochant à sa ceinture, sous son ample cape en peau de Gnoll noir.

- Que fait-on ?

Murmura-t-il à Mériale.

- Resterons-nous ici pour partager le repas avec eux et tenter d’en tirer des informations ? Partirons-nous dans les rues pendant que les surveillants restent chez Ginette ? Si votre parent a été appelé par ces deux hommes, je crains le pire… Reste à savoir s’ils avaient alors à voir avec la Pierre Vivante ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Mar 24 Jan - 23:23

Tancrède étant rester jusque là très mystérieux sur son passé, entendre Ginette évoquer son enfance intéresse Mériale au plus haut point. Elle écoute avec attention les souvenirs de la dame et sourit, contente de lever un petit bout de voile sur l'histoire de son nouvel ami.
Le sourire de la fermière s'évanouit quand la vieille femme évoque ce qui s'est passé dans la ville avec le vampire. Tandis que Ginette raconte Mériale sent la crainte qui l'habite se transformer peu à peu en colère.
Ces pauvres gens ont souffert le martyr et savoir qu'ils en viennent à pratiquement rejeter les dieux la remplit de tristesse.


°° Les pauvres, ils se privent du seul soutien et du seul réconfort qu'ils pourraient avoir en s'écartant des dieux. Puisse Ilmater venir à leur aide et les soutenir dans ces moments de doute et de douleur spirituelle. °°

L'idée que Kelemvor ne puisse plus avoir de pouvoir sur les âmes parait si absurde à la fermière qu'elle a du mal à retenir un sourire bienveillant.

°° La souffrance que ces pauvres gens ont subis les a rendu si désespérés qu'ils en sont venus à remettre en cause même les choses les plus évidentes. Ô dieux, aidez ces âmes blessées à guérir. °°

Mériale se penche un peu en avant sur sa chaise lorsque Ginette parle de la secte de la pierre vivante. Elle cherche dans sa mémoire mais ce nom ne lui rappelle vraiment rien. Toutefois, savoir que les membres de la secte ont vraisemblablement assassinés un prêtre de Torm lui fait comprendre combien ces viles adeptes sont dangereux. La demande d'aide de Ginette surprend la fermière et elle se redresse sur sa chaise.
Elle regarde les yeux implorants de la vieille femme et l'évidence s'impose à elle tout naturellement. Même si la raison première de sa présence en ces lieux est de retrouver son frère et son père, elle restera ici le temps qu'il faudra pour aider les gens qui en ont besoin.

°° Nous devons les aider, il est inacceptable de laisser les habitants aux mains d'une secte malveillante. Heaum aide-nous à vaincre cette menace ! °°

Alors qu'elle s'apprête à rassurer Ginette en lui disant qu'elle accepte de l'aider, elle et les autres résidents de la cité on toque vivement à la porte. La vieille femme les prévient aussitôt que ce sont des membres de la secte qui viennent la voir et leur demande de fuir par le toit. Mériale regarde le rôdeur d'un air indécis tandis qu'il lui demande ce qu'elle veut faire. Les coups redoublent à la porte et Mériale s'interroge.

°° Que faire ? Partir pour tenter d'espionner les membres de la secte à distance ? Non, cela ne fonctionnera pas, ils nous ont déjà repérés et c'est sûrement pour cela qu'ils viennent frapper à la porte de Ginette.
Il faut y aller directement ! °°


Elle regarde Tancrède droit dans les yeux et lui sourit, déterminée.

- Allons les accueillir avec Ginette !
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Ven 3 Fév - 23:57

- Très bien. Restons ici et voyons de quoi il en retourne. Tâchons de ne pas nous montrer hostile au culte pour nous intégrer dans la masse : qui sait combien de temps nous aurons à rester ici ?

Ginette, qui s’était dirigé vers l’entrée, se retourna une dernière fois vers ses deux invités. Puis, comprenant qu’ils désiraient rester, elle haussa les épaules et décoinça sa porte.

Deux silhouettes patibulaires apparurent. Tancrède eut la présence d’esprit de ne pas sursauter en reconnaissant dans les nouveaux arrivants le duo qui avait emmené le parent de Mériale ! Le plus petit du duo, borgne, avec sa pierre précieuse bleue à la place de l’œil droit, passe sa main sur sa barbiche noir de jais. Le plus, sans un bruit, lui emboîte le pas, un tatouage représentant une arène où combattent des gladiateurs sur le crâne.

Se baissant pour passer sous les linteaux de la porte affaissée, le premier grogna :


- Bien le bonjour, ma sœur. Pas pressée de nous ouvrir, aujourd’hui ?

- Vous savez, quand j’ai des invités, j’ai toujours du mal à arrêter de discuter…

-Certes, certes… Des invités ?

Son regard se porta sur les aventuriers.

- Mais où avais-je la tête ? J’ignorais que Madame Borry eut de la visite… Je me présente : je m’appel Tirh. Juste Tirh. Et mon camarade peu avenant ici présent préfère être appelé « Frère Second ».

Le camarade en question jeta un regard noir à son compagnon, sans toutefois desserrer les dents.

- Et à qui ai-je l’honneur… ?

Poursuivit le dénommé Tirh.

Avant que Tancrède ait pu ouvrir la bouche, Ginette reprenait la parole :


- Frère Premier, je vous présente Raymond et Sarinne, qui viennent tous deux de la région de Jadhys attiré par les richesses de la Porte de Baldur.

Frère Premier ôta son manteau et l’accrocha à un morceau de pierre dépassant du mur. Frère Second, lui, préféra rester tout habillé. Ils s’assirent à la même table que Tancrède et Mériale.

- Aaah, les richesses de la Porte de Baldur…

Il sortit d’une de ses poches un trousseau de clefs qu’il tendit à la vieille dame. Comme si cela s’était fait de nombreuses fois, cette dernière parti dans une pièce adjacente sans plus d’explication.

Tancrède supportait mal cet individu qu’il savait anticlérical, et profitait en sus de la détresse de sa vieille amie. Mais il sut se contenir alors que Tirh poursuivait :


- Alors Raymond, alors Sarinne, dites-moi mes amis, la Porte de Baldur est-elle aussi belle que dans vos rêves ? Aussi grandiose qu’on vous l’a promis ?


- Je dois admettre que je m’attendais à mieux. La faim sévit durement de là où je viens ; j’espérais ne pas trouver une situation semblable ici…

Concéda Tancrède en toute honnêteté, bien que ce ne soit pas pour les raisons que Frère Premier devait soupçonner.

Avec un air compatissant parfaitement réussi, le sectaire hocha la tête :


- Je suis moi-même venu ici avec de pareilles intentions… et des déceptions analogues.

Il se tourna vers Mériale.

- Et vous, ma sœur, pardonnez mon approche directe, mais votre visage me dit quelque chose… Êtes-vous ici depuis longtemps, Sarinne ?

Il se recula sur sa chaise - sans doute pour ne pas avoir l’air trop menaçant, nota Tancrède - et reprit avec bonhomie :

- On me dit que j’ai excellente mémoire des visages. Enfin, quand l’occasion se présente de parler avec quelqu’un qui en ressent l’utilité, n’est-ce pas, Frère Second ?

Nouveau regard noir de l’autre. Puis les trois yeux scrutateurs se reportèrent sur Mériale.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Dim 5 Fév - 1:09

Mériale se fait violence pour ne rien laisser paraître quand les deux hommes entrent dans la pièce. Elle-aussi reconnait dans ces deux malandrins la description des hommes qui sont partis avec son frère et elle réfrène l'envie de leur sauter dessus, de leur mettre sa lame sous la gorge pour leur faire avouer où ils ont emmenés Blairil. Elle cache sa frustration derrière un sourire de façade et laisse Tancrède commencer à parler avec eux.

Elle en profite pour bien les détailler mais de façon discrète. Lorsque le sectaire s'adresse à elle, elle sourit de plus belle et fait l'étonnée avant de répondre d'une voix claire.


- Ici depuis longtemps ? Non, j'arrive, comme Raymond. Je suis également comme lui, assez déçue de voir la cité dans un tel état de délabrement. J'avais espérer trouver plus de possibilités de m'enrichir rapidement mais je ne peux que déchanter.

Elle plisse les yeux, fixe un instant le sectaire avant de secouer la tête, de faire une petite moue et de hausser les épaules.

- Non, j'ai beau cherché, votre visage ne me dit rien...Mais dites-moi, dame Ginette vous a nommé frère premier. Seriez-vous un moine ou un prêtre ?

La fermière est curieuse de voir comment le sectaire va se définir et ce qu'il va bien vouloir dévoiler sur ses activités.

°° Voyons s'il reste un peu subtil ou s'il met directement les pieds dans le plat pour ce qui est de parler de la secte de la pierre vivante... °°
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Dim 5 Fév - 1:45

L'homme hausse un sourcil.

"Moine ? Prêtre ? Ginette !"

La vieille femme venait de revenir avec du pain et du vin, sortit d'on ne sait où, qu'elle disposa sur la table en silence. Néanmoins, ses yeux filaient d'une personne à l'autre.

"N'as-tu pas fait les présentations à tes invités ? Ah çà, son incessant babillage a dût vous emplir les oreilles, n'est-ce pas ? Je vois que nous arrivons au bon moment pour vous sauver d'une interminable écoute et partager notre repas ! Mangez ! Vous êtes mes hôtes ! Avez-vous entendu parler de Mordoc Selanmere ?"

-Le vampire ? Oui, on nous a renseigné. Vraiment affreux."

Tirh prend le temps de savourer le vin qu'il s'est servi en évident connaisseur. Tancrède, moins bien informé que lui en la matière, se rend tout de même compte que la bouteille portait une étiquette qui a été arrachée. Ce n'est pas à Nulle-Part, son village natale, que ce genre de bouteille se retrouverait... Attentif, Tancrède mange chichement.

"Eh bien, depuis cet événement funeste, je veille sur ce quartier. Je ne suis pas religieux, mais le frère de tous mes semblables, et le Premier, car je les dirige pour tenter de les sortir de l'impasse."

Son oeil bleu joua dans la lumière lorsqu'il s'avança pour pendre du pain. En même temps il lança :

"Mais si vous étiez au courant de l'attaque du vampire, je me demande pourquoi vous êtes venu ici, plutôt que dans la ville encore intacte ?"

Il semble plus inquisiteur que jamais. Frère Second serre les poings sans rien manger.

"Vous dites venir de Jadhys à la recherche de richesse, et vous visitez le plus pitoyable quartier de la ville ?"

Il rit, mais son rire est un peu blanc :

"Comprenez que cela puisse paraître étrange."

- "Pour ma bourse. Un jeune garçon me l'a volée et a disparu ici."

La réponse de Tancrède plonge la table dans le silence. Ginette mange sans complexe, et bien plus qu'on aurait pu le croire de la part de son petit corps frêle, attendant la suite des événements.

"Une bourse ?"

Reprend Frère Premier.

-Oui, une bourse. Le cuir un peu brûlé, une tâche de vin rouge à la base. Ce que j'avais de plus précieux tenait dedans.

-De plus précieux, mmh... ?

S'essuyant nonchalamment la bouche avec le dos de la main, Tirh fouille ses poches avant de lancer quelque chose sur la table. Il s'agit de la bourse décrite par Tancrède. Son contenu se répand sur la table dans un tintement particulier : le médaillon de pierre sombre, trouvé sur le corps de l'assassin de la Cité des Aarakockra attend parmi les pierre.

"Vous devriez faire attention à vos affaires. Reprit le borgne avec un ton plus complice. S'ils ne savent pas, les fidèles ne vous respecteront pas... Ce sont des voyous ici, vous comprenez ? Mais je vais les redresser, je vous l'assure."

Tancrède le regarde fixement en reprenant sa bourse.

*Il se passe quelque chose. C'est l'heure du bluff.*

"Oui bien sûr, je comprend."

Continue Frère Premier face à son mutisme.

"Rester discret, c'est ça votre méthode, mmh ? Je suis honoré de votre présence ici. Maintenant je me tais, promis, juré. Frère Second, serre encore un peu de vin à nos invités."

Tancrède acquiesce à ses mots qu'il ne comprend qu'à moitié. Il jette un regard clair à Mériale :

*Joue le jeu !*

La suite du repas s'annonçait plus détendue...
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Lun 6 Fév - 2:11

Mériale se retient de pincer les lèvres. L'attitude du "frère premier" l'agace au plus haut point.

°° Ses hôtes ? Mais pour qui se prend t-il cet énergumène ? Il n'est pas chez lui mais n'hésite pas à faire comme si. Je déteste ce genre de personnage ! °°

Malgré tout, la fermière reste stoïque et fait comme si de rien n'était pour ne pas griller leur toute nouvelle couverture. D'ailleurs à ce propos, elle espère grandement que ces hommes ne poseront pas trop de questions sur la région de Jadhys.

°° Je serais bien en mal de leur répondre vu que je ne sais absolument pas où cela se trouve... °°

Mériale grimace intérieurement lorsque Tirh pointe du doigt l'incohérence de leur venue à la Porte de Baldur pour s'enrichir alors que la ville vient d'être mise à feu et à sang par le vampire.

°° Aîe, aîe...j'avoue que je n'avais pas pensé à cela. °°

Voir Tirh sortir la bourse de Tancrède de sa poche et la déposer sur la table, sans qu'il n'y manque rien, l'étonne un peu. Elle plisse le front, soupçonneuse, elle-aussi. La suite des propos du frère premier, un peu bizarre, la laisse perplexe. Comme le rôdeur, la fermière pense qu'un jeu de bluff vient de s'installer et qu'il faut se montrer extrêmement vigilant pour ne pas ne pas se dévoiler.

°° Les propos de Tirh pourraient laisser penser qu'il prend peut-être Tancrède pour quelqu'un d'autre. Serait-ce possible ? °°

Le regard que lui lance discrètement le nordique la conforte dans cette idée et elle y répond par un infime mouvement de la tête pour lui faire comprendre qu'elle a bien saisit. Elle mange et boit modérément tout en discutant de façon anodine.

- Il est souvent bien difficile de redresser des voyous, frère Tirh, comment comptez-vous réussir à vous faire respectez de ces gens qui sont sans doute des durs à cuire ?

Elle offre un sourire faussement amical aux deux malandrins.

- Je trouve votre démarche fort louable, ne vous y trompez pas, mais l'entreprise risque d'être longue et bien complexe...

Se souvenant des paroles de Ginette, Mériale teste la réaction de Tirh en ajoutant.

- Puisse Tyr vous être favorable dans votre quête pour ramener ces voleurs dans le droit chemin.

Elle étudie soigneusement les moindres tics et attitudes que prennent les deux hommes à ce qu'elle vient de dire.
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Mar 7 Fév - 23:13

Mériale se retient de pincer les lèvres. L'attitude du "frère premier" l'agace au plus haut point.

°° Ses hôtes ? Mais pour qui se prend t-il cet énergumène ? Il n'est pas chez lui mais n'hésite pas à faire comme si. Je déteste ce genre de personnage ! °°

Malgré tout, la fermière reste stoïque et fait comme si de rien n'était pour ne pas griller leur toute nouvelle couverture. D'ailleurs à ce propos, elle espère grandement que ces hommes ne poseront pas trop de questions sur la région de Jadhys.

°° Je serais bien en mal de leur répondre vu que je ne sais absolument pas où cela se trouve... °°

Mériale grimace intérieurement lorsque Tirh pointe du doigt l'incohérence de leur venue à la Porte de Baldur pour s'enrichir alors que la ville vient d'être mise à feu et à sang par le vampire.

°° Aîe, aîe...j'avoue que je n'avais pas pensé à cela. °°

Voir Tirh sortir la bourse de Tancrède de sa poche et la déposer sur la table, sans qu'il n'y manque rien, l'étonne un peu. Elle plisse le front, soupçonneuse, elle-aussi. La suite des propos du frère premier, un peu bizarre, la laisse perplexe. Comme le rôdeur, la fermière pense qu'un jeu de bluff vient de s'installer et qu'il faut se montrer extrêmement vigilant pour ne pas ne pas se dévoiler.

°° Les propos de Tirh pourraient laisser penser qu'il prend peut-être Tancrède pour quelqu'un d'autre. Serait-ce possible ? °°

Le regard que lui lance discrètement le nordique la conforte dans cette idée et elle y répond par un infime mouvement de la tête pour lui faire comprendre qu'elle a bien saisit. Elle mange et boit modérément tout en discutant de façon anodine.

- Il est souvent bien difficile de redresser des voyous, frère Tirh, comment comptez-vous réussir à vous faire respectez de ces gens qui sont sans doute des durs à cuire ?

Elle offre un sourire faussement amical aux deux malandrins.

- Je trouve votre démarche fort louable, ne vous y trompez pas, mais l'entreprise risque d'être longue et bien complexe...

Se souvenant des paroles de Ginette, Mériale teste la réaction de Tirh en ajoutant.

- Puisse Tyr vous être favorable dans votre quête pour ramener ces voleurs dans le droit chemin.

Elle étudie soigneusement les moindres tics et attitudes que prennent les deux hommes à ce qu'elle vient de dire.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Mer 15 Fév - 0:03

Frère Premier parti d’un grand rire :

« Oui, bien entendu ! Et Torm aussi, pendant que nous y sommes ! »

Il repose son verre et recule sa chaise de la table, repu. Puis, il s’adresse à Mériale :

« Ecoutez, je vous assure que ce quartier est en grande partie « dédivinisé ». Plus personne n’ose publiquement prêcher un credo autre que celui de la Pierre Vivante… Et je pense qu’une bonne moitié nous sont sincèrement attachés, désormais. Après tout, l’Eglise de Helm est trop occupée à chasser les morts-vivants, le clergé d’Umberlie se moque des souffrances du bas-peuple… quant au prêtre de Torm à proximité… »


Il fit un geste sans équivoque. Son compte était réglé.

« Bon, maintenant, parlons affaire… Je me doute bien que vous êtes ici pour de bonnes raisons. Je ne vous gênerai pas, bien entendu. Je vais même vous dire : si vous voulez aller voir la Pierre en privé, je fais un sermon, ce soir. Tout le monde y sera… et ceux qui n’y seront pas seront étroitement surveillés ! Si vous voulez rejoindre les lieux de cultes, ce n’est pas bien compliqué : visitez nos quartiers pendant qu’il n’y a personne, en passant par les égouts derrière le bâtiment à grande flèche ! C’est sur l’estrade de cette ruine que je ferais mon discours… »

Il se lève et salut bien bas.

« Bonne journée à vous, bénies de la Pierre. Et maintenant, je resterais silencieux sur
votre compte, je promets ! Quant à Frère Second… »


Celui-ci grogna Avant d’emboîter le pas à son compagnon, qui sortait de la pièce.

« Bonne journée, ma sœur. Merci de ton hospitalité… Nous reviendrons tantôt. »

Tancrède, Mériale et Ginette se retrouvèrent seuls. Après avoir vérifié que c’était bien le cas, Tancrède se tourna vers Mériale, appuyé contre la table et appuyant ses dires en montrant le contenu de sa bourse du doigt.


« C’est donc cela ! Ils nous prennent pour de grands gourous de leur secte hérétique ! Je ne sais pas comment cela peut être possible, mais ce pendentif, que je porte à mon cou et que j’ai trouvé sur le corps de l’assassin est un symbole sacré, pour eux… Tiens, prends celui de ma bourse, Mériale ! Je sais, c’est révoltant maintenant que nous en connaissons la signification… Mais garde-le au moins sur toi ! Ces pierres nous ouvriront toutes les portes, ici. »

Il tendit le pendentif à la fermière avant de reprendre :

« Mais maintenant, que faire ? Attendre la nuit ? Ou explorer les environs ? Je pencherai pour la seconde option. Il est toujours plus prudent de savoir où l’on met les pieds… »
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Jeu 16 Fév - 13:21

Mériale écoute le frère premier déblatérer son discourt anti-divinités et s'efforce de ne montrer aucune émotion. Elle y arrive au prix d'un gros effort de volonté mais intérieurement, elle bouillonne. Entendre cet hérétique remettre en cause les dieux la met hors d'elle.

°° Pour qui se prend t-il pour oser parler ainsi des dieux ? Croit-il réellement savoir ce que pensent les divinités ? Quelles sont leurs desseins ? Pauvre fou, le retour de bâton, lorsqu'ils décideront de le donner, sera terrifiant et impitoyable...Et cela ne sera que justice ! °°

Elle hoche la tête et offre un sourire entendu aux deux hérétiques lorsqu'ils sortent. Une fois la porte refermée, elle fronce les sourcils.

°° Ainsi, les gens qui n'adhèrent pas à leur hérésie sont étroitement surveillés. Je suppose que ces pauvres gens ne font pas long feu s'ils ont le malheur de se dresser contre ces hommes. Il faut vraiment que l'on fasse quelque chose pour les aider face à ces fous furieux. °°

Déterminée, elle regarde Tancrède s'appuyer contre la table tandis qu'il lui explique que les deux sectaires semble croire qu'ils sont des grands gourous de la pierre vivante. Elle secoue la tête, aussi incrédule que le rôdeur.

- Comme tu dis, je pense que ton pendentif les a induits en erreur.

Elle prend le second pendentif que lui tend le rôdeur avec une petite grimace de dégout et le fixe un moment de son regard clair.

°° Il a raison, je dois le porter même si je n'en ai pas la moindre envie. Dieux, pardonnez-moi ce que je vais faire et ne m'en tenez pas rigueur. Je ne crois qu'en vous, ô toutes puissances, regardez mon cœur et vous verrez que je dis vrai. Donnez-moi la force de lutter, jusqu'à la mort s'il le faut, pour aider les citoyens de la cité à se défaire de ces fanatiques. °°

Après un petit soupir résigné, elle met le pendentif à son cou et le range dans son corsage pour le moment. Elle fixe Tancrède avant de parler.

- Peut-être devrions-nous visiter "leurs quartiers" tant qu'il n'y a personne au contraire. Cela nous permettra de repérer les lieux et les possibilités de sorties au cas où nous devrions fuir très vite. Je crois qu'y aller cette nuit sans savoir où on met les pieds c'est prendre un très gros risque. Puisque le frère premier nous dit que les lieux seront déserts, il faut en profiter, tu ne crois pas ?

Elle se tourne vers Ginette et la questionne du regard, espérant que la vieille femme pourra leur fournir des informations sur le sujet. Après tout, vivant ici, elle doit bien savoir quelque chose qui pourrait leur être utile. Son regard revient sur Tancrède. Elle attend la réponse de son ami...
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Jeu 23 Fév - 23:39

Tancrède acquiesce : au vu de leur, leurs quartiers doivent se vider.

"Bien, dans ce cas nous y allons. Dit-il. Ginette, nous allons régler votre problème ; merci pour votre hospitalité. Peut-être trouverons-nous même la source de leurs croyances hérétiques : dans des livres, des cartes... Allons-y !"

Le chasseur décoince la porte, attend que sa compagne d'aventure sorte et la referme derrière lui. Quand il est certain que la vieille dame ne peut plus l'entendre, il murmure à l'oreille de Mériale pour ne se faire entendre de personne au-dehors :

"Et espérons que ce ne soit que quelques écrits apocryphes l'origine de ce culte... Je crains le pire... Pouvons-nous faire un détour ? Dans ce quartier j'ai... quelque chose à voir. Je tâcherai de faire vite, pour ne pas rater le coche."

Et disant cela, Tancrède est pour la première fois depuis que Mériale le connait comme aux abois ; comme s'il devait s'arracher une épine qu'il avait dans le pied depuis trop longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Jeu 23 Fév - 23:41

Avant de partir, Mériale prend les mains de Ginette dans les siennes et plonge son regard dans celui de la vieille femme. Elle murmure d'une voix pleine de détermination.

- Nous allons tout faire pour vous aidez, Ginette, croyez-moi. Puisse Tymora vous sourire et Torm vous protégez en attendant notre retour.

Elle serre la dame dans ses bras avant de s'en détacher et de partir, le cœur gros de la laisser seule tandis que les vauriens pourraient revenir la voir et la maltraiter. Elle garde ses craintes pour elle, cependant, ne voulant pas inquiéter Tancrède qui lui semble déjà bien assez stressé comme cela. Tandis qu'ils s'éloignent de chez Ginette, le rôdeur se penche vers elle et lui chuchote quelques phrases. Elle fronce les sourcils lorsque Tancrède hésite, bute sur ses mots.

Elle l'observe attentivement, bien consciente de son changement de comportement. Intriguée, elle hoche la tête en guise d'approbation quand il demande à ce qu'ils fassent un détour. Toutefois, en marchant, elle lui demande, à voix basse, pour ne pas se faire entendre d'oreilles indiscrètes.


- Qu'as-tu à voir ?

L'air aux abois qu'arbore le nordique l'intrigue et l'inquiète. Elle n'est pas habituée à le voir ainsi et sa tension monte d'un cran. Que veut-il donc voir de si important pour le rendre à ce point nerveux ?
Elle secoue la tête intérieurement tout en attendant sa réponse.


°° Quel que soit le problème, nous le résoudrons ensemble. °°

Elle suit le rôdeur tout en regardant bien les lieux qu'ils traversent pour pouvoir se repérer et retrouver facilement son chemin au cas où elle devrait le faire seule.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Sam 18 Mar - 1:34

Tancrède ne le laissa point paraître, mais il était fort reconnaissant à son amie d’avoir accepté de l’accompagner sans même connaître le motif de ce détour. Mais alors qu’ils traversaient les rues de plus en plus bondées de passants crasseux, le chasseur devint de plus en plus hésitant : devait-il tout dire ? N’était-ce pas malhonnêteté que de tenir sa langue aux maigres explications jusque-là exposées à sa compagne d’aventure ? Sa bonne conscience le taraudait-elle ou bien était-ce pour lui le moyen de trouver une échéance supplémentaire, de remettre à plus tard cette confrontation qu’il redoute depuis si longtemps ? Confrontation… avec quoi ?

N’y tenant plus, il s’arrêta brusquement à un carrefour et se retourna d’un bloc vers Mériale. Dans cet esprit dichotomique, une décision prise à la va-vite sous le coup de la pression était un évènement rare ; dut-il arriver qu’aussitôt la discipline du Tormiste la mettait au pas de son devoir.


*Je dois l’honnêteté à cette femme. En tout cas, celle que je suis prête à affronter…*

Il prit la parole après s’être humecté ses lèvres sèches :

« Mériale, ce détour ridicule est ma faute. Nous mettons en danger la population, notre seule chance d’infiltrer les locaux de la Pierre Vivante… Reprenons le chemin des égouts, si tu veux bien. Mais quand tout cela sera fini, qu’il n’y aura plus de Pierre, revenons-ici, je t’en prie… »

Ce ton nu et vulnérable ne lui ressemblait guère. D’ailleurs, il était clair qu’il disparaîtrait sitôt la discussion close ; il n’empêche, sur l’instant, Tancrède se surprit lui-même, et en conçu en quelque sorte un sentiment dont il avait presque oublié l’harassante saveur : la honte. Ce fut la première fois que Mériale le vit rougir, et…


« J’étais marié, autrefois. Cela me semble lointain, comme dans les brumes qui s’élèvent des Hautes-Landes à l’aurore… C’est si beau. Mais… ma femme ne supportait pas le climat de mon village natal. Je suis parti ; je l’ai emmenée à la Porte de Baldur. C’est là que nous avons vécu… c’est là qu’elle a périe. »


… c’est la première fois que Mériale vit Tancrède pleurer. Quelle étrange spectacle ! Une seule, solitaire, goutte de tristesse, s’arrachant à l’œil sec d’un homme qui s’était longtemps pensé comme tel. Comme si cette larme venait de loin ; comme si la tristesse sous-jacente du moindre instant de vie de Tancrède depuis que la fermière le connaissait était dû à cette cicatrice du passé, logée dans l’œil gauche, en guettant l’instant propice pour révéler au monde sa présence. Cela faisait vraiment peine à voir que de voir un pleur remonter d’aussi loin. Peut-être était-il cascade, à son origine ? Sanglots incontrôlés ? Mais la dureté de cœur, plus que la discipline, du chasseur l’avait brimé, retenu, jusqu’à ce qu’ils s’assèchent et tarissent.

Que pouvait bien receler l’œil droit… ?


« Elle est enterrée à la Porte, Mériale. Et quand ce Mordoc Selanmere est revenu, il a profané le repos éternel des habitants. »

La situation lui semblait plus terrible maintenant qu’elle avait été formulée à voix haute. Comme le Destin, parfois, peut abattre de bien cruelles cartes !

« Je crains le pire, Mériale. Je crains de ne pas y arriver seul. »
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Dim 19 Mar - 23:28

L'arrêt brutal de Tancrède surprend Mériale qui pile juste à temps pour ne pas se heurter au nordique. Un peu trop près à son goût, elle recule d'un pas pour mieux fixer le visage de son ami. Ce qu'elle voit alors la laisse perplexe. Outre le fait de voir rougir le rôdeur pour la première fois depuis qu'elle le connait, c'est surtout la honte qu'elle lit sur ses traits qui la stupéfie. Qu'est ce que cela signifie ? Pourquoi parle t-il de détour ridicule ?
Très intriguée, elle le laisse s'exprimer sans l'interrompre, voulant savoir le fin mot de l'histoire.

Autant dire que la révélation est de taille et laisse Mériale bouche bée. Peut-être est ce dû au moment que choisit le nordique pour parler de son passé et du lieu qui n'est pas très propice à de telles confidences ? La fermière ne saurait le dire mais voir une unique larme couler sur la joue de son ami et lire dans son regard une telle souffrance la tétanise complètement. Elle ne connait que trop bien cette douleur-là, celle de la perte de l'être aimé, celle d'une partie de sa vie qui est arrachée, de son âme qui est ravagée par la disparition définitive de son âme-sœur.

Voir cet immense chagrin, comme un miroir qui lui renvoie sa propre douleur, est un coup de poignard terrible pour Mériale. Le fait que cela vienne de Tancrède accentue encore sa peine et c'est avec un énorme effort de volonté qu'elle arrive à ne pas s'effondrer en pleurs devant lui. L'idée qu'il puisse avoir vécu ce drame épouvantable, lui-aussi, lui est insupportable et c'est un regard emplit de compassion qu'elle pose sur son ami meurtri.
Pourtant, l'horreur n'est pas encore à son comble. Elle atteint ce niveau lorsque Tancrède explique à la fermière ses craintes concernant le repos éternel de son épouse.
Elle sent ses poils se hérisser sur ses bras et sa nuque et écarquille les yeux.


°° Kelemvor, protège-nous ! Est-il en train de dire que son épouse pourrait avoir été relevé par la volonté diabolique du vampire ? °°

Cette idée effroyable la fait frissonner mais elle se reprend et se redresse pour se donner du courage. Elle fixe son ami droit les yeux et lentement lève les bras pour poser ses mains sur les épaules de ce dernier. Elle chuchote pour ne pas être entendu au cas où des oreilles indiscrètes seraient en train de les écouter.

- Es-tu en train de me dire que tu penses que ton...

Elle s'interrompt une seconde.

°° Non pas son épouse, son corps, seulement son corps car son âme est partie depuis longtemps. °°

Avant de reprendre sa question.

- ...que le corps de ta bien-aimée aurait pu être relevé ?

Elle se déteste aussitôt d'avoir formulé cela autrement qu'avec sa voix intérieure mais elle veut être certaine de ne pas mal interprété ce que vient de dire le nordique.

°° Si c'est vraiment cela dont parle Tancrède, alors il faut aller vérifier maintenant. Je n'ose imaginé l'impact que cela aurait sur lui s'il venait à se retrouver face à elle sans avoir vérifié d'abord que son corps est toujours enterré. °°

Non, il est clair pour la fermière qu'il vaut mieux en avoir le cœur net pour être préparé psychologiquement au cas où. Elle scrute le regard de son ami, attendant qu'il réponde à sa question. Toutefois, se rappelant soudain de sa dernière phrase, elle ajoute.

- Tu n'es pas seul, Tancrède, tu ne le seras jamais tant que je vivrais !

Elle presse un peu plus ses doigts sur les épaules du rôdeur pour lui signifier que ses mots ne sont pas dits à la légère.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Jeu 6 Avr - 1:08


Tancrède ne sut quoi répondre. Il lui fallut quelques instants pour reprendre ses esprits : que de bonté dans un seul être humain ! Mériale était la preuve à elle seule de la fausseté de son ancien jugement… jugement qu’il avait encore lors de sa dernière visite à la Porte de Baldur, et à la mort tragique de sa femme.

Il prit les mains de la fermière dans les siennes, et dit finalement :


« Merci. »

Ce qui valait bien tous les discours du monde.

Ensemble, ils reprirent leur marche. Aller jusqu’au cimetière leur fit faire un détour, mais leur révéla un fait étonnant : tout était mort et gadouilleux, dans la ville, sauf à cette endroit. La grille métallique du cimetière avait été réparée, redressée. Le muret de pierre grise, haut jusqu’au hanchesn avait subit des dommages lors de l’attaque de la ville, mais lui aussi semblait être le bénéficiaire d’une attention toute particulière. Et derrière, les tombes. Des rangées et des rangées de tombes sur un sol herbeux, couvert des fleurs nouvelles du printemps naissant. Les arbres faisaient voler leurs pétales sur les chemins caillouteux qui traversaient à angle droit le cimetière. Là, les ruines n’obstruaient pas le soleil ; là, la Pierre Vivante n’avait pas encore étirée son emprise.


« Le gardien du cimetière est un prêtre de Kelemvor. Expliqua Tancrède d’un air absent en poussant la grille. Il s’appel Entélas… D’aucun le dirait un peu sorcier, vagabond, mais il est d’une sensibilité rare quand il s’agit des morts… Il aura dû survivre à l’attaque du vampire. »

Tancrède avança sans réfléchir parmi les pierres tombales. S’il avait agi jusque-là comme un automate, il semblait désormais porté par une brise qui le conduisait, inexorablement… à la seule tombe ouverte du cimetière. La pierre tombale était noircie comme par le feu, et on y avait retiré l’inscription « Ci-gît… ». La terre était souillée d’un curieux fluide d’apparence élastique, qui luisait de manière malsaine au soleil ; rouge et noir à la fois. Il semblait s’être étiré de lui-même le long du cercueil brisé, avoir remonté les parois de terre et tendu ses doigts inquisiteurs sur le reste du cimetière. Mais quelque chose l’avait empêché d’aller plus loin… Le mystérieux gardien du cimetière. Tancrède se doutait qu’Entélas était bien trop délicat pour interrompre l’instant douloureux des non-retrouvailles du chasseur avec la morte. Il lui en était reconnaissant. Tombant à genoux il resta là, à comtempler l’horrible vision.

Mais si le gardien n’interromprait pas Tancrède, il ne se retiendrait pas d’aller voir Mériale. Surgissant d’entre deux mausolées, il la saisie par le bras, non pas pour la faire bouger, mais pour attirer son attention sans quitter sa cache.. Avec sa barbe hirsute, son chapeau informe sur la tête et son manteau crasseux, on eu vraiment dit un vagabond, il était vrai. Il tenait une pelle terreuse dans ses mains main et portait des mitaines sur celles-ci.

« Vous accompagnez Tancrède Béormus ? Chuchota cet homme sans âge en la fixant de ses yeux bleus ciel. Êtes-vous sa femme ? Non, je vois bien que non. Que faites-vous ici, alors ? Êtes-vous une aventurière ? Est-il devenu mercenaire ? Bah, peu importe. »

Il jeta un coup d’œil au chasseur toujours immobile.

« Que savez-vous de lui ? Je veux dire, vraiment ? Et plus spécialement, savez-vous comment il vivait à la Porte de Baldur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nath
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5343
Age : 49
Localisation : Dinard
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Nom du Personnage: Nolorine Pourprelune
Race: Elfe
Points de vie:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Sam 8 Avr - 23:19

Le simple "merci" de Tancrède fait chaud au cœur de la fermière. Elle espère avoir bien fait comprendre à ce dernier qu'il peut compter sur elle. Elle apprécie le contact viril des mains du nordique prenant délicatement les siennes. Un signe d'amitié qui l'a fait sourire intérieurement.
Lorsqu'ils reprennent leur chemin et arrivent au cimetière, Mériale écarquille les yeux, surprise par ce qu'elle voit.

Les lieux sont entretenus avec soin. La clarté sereine qui se dégage de ce vaste terrain herbeux et fleuri donne une impression de paix qui est exactement ce que l'on s'attend à ressentir dans un pareil endroit.
Étonnant de voir cela au milieu de la dévastation de la cité. Un îlot de lumière dans un océan de noirceur, c'est l'image qui lui vient et qui lui semble la plus propice pour décrire ce qu'elle ressent en voyant le cimetière.

Savoir que le gardien des lieux est un prêtre de Kelemvor ne l'étonne pas du tout et à voir comment le cimetière est entretenu, il est clair que ce dernier est toujours vivant. La fermière en remercie Kelemvor dans son for intérieur, heureuse que les défunts qui reposent ici soient protégés.
Elle suit Tancrède parmi les sépultures jusqu'à arriver auprès d'une tombe ouverte et noircie par le feu. le cercueil brisé et la substance noirâtre qui s'en dégage laisse à penser que celle qui fut l'épouse bien-aimée du rôdeur a bel et bien été relevée.

La question que se pose Mériale en voyant cette vision d'horreur est de savoir si la substance qu'elle voit est ce qui reste de la défunte femme de Tancrède ou s'il s'agit d'autre chose. Elle fronce les sourcils en se posant la question mais cela ne dure que quelques secondes. Son attention revient sur le nordique qui se laisse doucement tomber à genoux face à la tombe de sa bien-aimée. Aussitôt, le cœur de Mériale se serre et la tristesse et la compassion envahissent ses traits. Elle avance la main, voulant la poser sur l'épaule de Tancrède pour le réconforter mais sent soudain une pression sur son propre bras.

Elle détourne la tête pour voir un homme qui a tout l'air d'un vagabond, à moitié caché entre deux mausolées, qui l'interpelle en chuchotant. Tancrède ayant décrit le prêtre de Kelemvor quelques instants plus tôt, la fermière en déduit qu'il s'agit certainement de cet homme-là. Elle se recule de quelques pas pour ne pas déranger le recueillement de son ami et se rapproche un peu du gardien pour converser avec lui. Elle le détaille avant de cligner des yeux devant toutes ses questions. Elle lui sourit avant de répondre de sa voix douce.


- Oui messire, j'accompagne Tancrède et non, en effet, je ne suis pas sa femme. Je suis son amie.

A la question "que faites-vous ici ?" Mériale hésite. Après tout, même si cet homme ressemble à la description qu'en a faite Tancrède, il ne s'est pas présenter et rien ne dit qu'il s'agit bien du père Entélas. Elle ne voudrait pas donner trop d'indications à cet inconnu. Elle répond à la question par une autre question.

- Puis-je savoir qui vous êtes ?

Cependant, pour montrer sa bonne volonté, elle tâche de répondre aux autres questions avec douceur, comme à son habitude, mais en restant plus ou moins vague...Pour le moment.

- Je ne suis pas une aventurière, juste une femme qui recherche la vérité. Tancrède m'accompagne pour me prêter main forte.

Aux deux dernières questions du gardien, s'il s'agit bien de lui, la fermière fixe à son tour son regard sur le nordique avant de répondre.

- Eh bien, j'en sais suffisamment pour lui faire entière confiance. Quand à savoir comment il vivait à la Porte de Baldur, je ne sais pas mais cela a t-il autant d'importance que cela, messire ?

Elle reporte son attention sur le vagabond, attendant à son tour qu'il réponde à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Frenchtouch03
Habitué
Habitué
avatar

Masculin
Nombre de messages : 36
Age : 20
Date d'inscription : 06/05/2016

MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   Ven 21 Avr - 0:29

L’autre leva les mains en signe d’apaisement :

« Attention, je ne dis pas que Béormus soit un brave homme. Mais les gens autour de lui ont tendance à mourir. »

Peut-être espérait-il choquer la fermière en disant cela, ou seulement la tester… Dans tous les cas, il en fallait bien plus pour impressionner Mériale, aussi reprit-il :


« Je suis bien placé pour le savoir : je suis un gardien de cimetière. Vous seriez étonnée de savoir le nombre de personnes mortes selon toujours le même mode opératoire… Deux lames glissées sous les côtes, en croix, l’une au cœur l’autre au poumon… On survit rarement à ce genre de blessure, voyez-vous. Ca oui, vous seriez étonnée… »

Et ce disant, il désigna de la tête la tombe de la femme de Tancrède.

« Cette chose visqueuse, autour d’elle, est apparue la nuit même de son enterrement. On n’a jamais retrouvé le corps. Votre compagnon était déjà parti sans assister à l’enterrement de sa défunte épouse… Pour ma part, j’ai envoyé une lettre à un frère de mon ordre qui habite Eauxprofondes et que je connais bien, afin qu’il étudie le phénomène. Mais les lettres mettent du temps à voyager… Et puis c’est déjà bien assez compliqué de comprendre comment les gens sont morts sans se soucier en plus de ce qui arrive à leur corps après ! Mais si j’étais vous… »

Il y eut un choc sourd. Tancrède venait de frapper son gant clouté au sol, en serrant son poing si fort qu’il avait dû se blesser. Portant sa main droite dans son dos, il tira de sous sa cape l’épée du prêtre de Torm assassiné et, avec un geste décidé, la planta au milieu de la tombe ouverte.

« Je réglerais ça. J’en fais le serment. »

Puis il se releva, toute trace de tristesse ayant quitté de son visage dur.

Le gardien du cimetière avait disparu, mais sa voix résonna encore aux oreilles de Mériale, concluant :[/i]

« … j’éviterai d’y toucher. »

Tancrède rejoignit Mériale en quelques pas.


« Merci d’être venu. Sortons d’ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En route pour la Porte de Baldur.   

Revenir en haut Aller en bas
 
En route pour la Porte de Baldur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Allez hop, en route pour l'aventure ! ♪
» Le 09 juin... En route pour les plaquettes...
» En route pour les havres gris ...
» En route pour la gloire (sujet fini)
» [98/99] En Route pour le Loch Ness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Masterole :: Les tables :: Royaumes oubliés - Chessenta-
Sauter vers: